Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Stéphan Bureau
Audio fil du jeudi 22 février 2018

L’élève qui veut changer la loi sur les armes à feu aux États-Unis

Publié le

Emma Gonzalez, élève au lycée Marjory Stoneman Douglas
Emma Gonzalez, élève au lycée Marjory Stoneman Douglas   Photo : Reuters / Jonathan Drake

Une élève de l'école de Marjory Stoneman Douglas, en Floride, Emma Gonzalez, a pris la tête d'un mouvement nommé #NeverAgain, qui vise à faire durcir les lois encadrant les armes à feu aux États-Unis à la suite de la tuerie qui a fait 17 victimes la semaine dernière. La jeune femme de 17 ans au crâne rasé multiplie les discours et les apparitions dans les médias en prétendant que les membres du mouvement feront l'histoire en empêchant de nouvelles tueries de se produire. Arnaud Granata, éditeur d'Infopresse, et Stéphane Mailhiot, publicitaire, expliquent à Catherine Perrin pourquoi sa manière de relancer le débat sur les armes à feu fait une forte impression.

« Il y a beaucoup de force dans son propos, souligne Stéphane Mailhiot. Elle a des formules bien ramassées. Elle a sans aucun doute déjà fait ça. Elle est une jeune militante dans son milieu. C’est rempli d’authenticité. Je pense que son premier discours […], qui dure à peu près une dizaine de minutes, a été vu par près de 2 000 000 de personnes en ligne. Son discours est parfois interrompu par des larmes. C’est cette authenticité-là qui passe de façon très forte. »

« Est-ce que ce discours va vraiment avoir un effet ou est-ce juste un phénomène viral qui va s’arrêter là?, demande Arnaud Granata, qui craint que l’épisode puisse aussi servir de campagne de promotion pour la National Riffle Association (NRA). La suite va être vraiment intéressante à surveiller. »

Il est également question d’une crise entourant le groupe canadien Hedley, de la possible disparition des applications pour appareils intelligents et d’une publicité de Gucci qui prend des allures de Mai 68.

Chargement en cours