Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du lundi 6 novembre 2017

Des budgets participatifs au municipal pour impliquer les citoyens

Publié le

Illustration d'une communauté urbaine
Plus de 3000 administrations municipales québécoises ont implanté un budget participatif.   Photo : iStock

Au Québec, il y a un engouement dans les municipalités pour les budgets participatifs, qui permettent à des citoyens de se prononcer sur environ 1 % du budget. L'économiste Éric Pineault et la blogueuse au journal Les Affaires Diane Bérard décrivent les avantages et les inconvénients de ce type de gouvernance.

Depuis l’adoption du projet de loi 122 par le gouvernement de Philippe Couillard en juin dernier, les municipalités ne sont plus tenues de permettre les référendums sur des questions comme le zonage et l’aménagement urbain. Les budgets participatifs peuvent ainsi devenir, pour les administrations municipales, une autre façon de consulter les citoyens.

Un rôle éducatif
Lors de budgets participatifs, un faible pourcentage de projets soumis par des citoyens est retenu par les municipalités. Le plus souvent, il s’agit d’aménagement de parcs ou de lieux récréatifs et plus rarement de questions liées à la sécurité publique. La soumission de projets par des adultes, ou par des jeunes de 12 à 18 ans, permet aux citoyens de mieux comprendre la gestion d’un budget municipal.

Un outil parfois mal utilisé
Éric Pineault parle de l’importance pour les municipalités d’accompagner les citoyens, de bien cibler les besoins. Il signale le risque de favoriser des porteurs de projets qui ont davantage de moyens financiers. De plus, il recommande de faire cet exercice sur une base annuelle récurrente.

Derrière toute cette idée de budget participatif, c’est l’aspect de délibération qui est intéressant.

Diane Bérard, blogueuse au journal Les Affaires

Chargement en cours