Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du lundi 10 juillet 2017

La popularité des gourous du bien-être, un miroir de notre société

Publié le

Certains conseils santé de Gwyneth Paltrow, que l'on voit ici en Californie, en mai 2017, ont été très critiqués depuis quelques mois.
Certains conseils santé de Gwyneth Paltrow, que l'on voit ici en Californie, en mai 2017, ont été très critiqués depuis quelques mois.   Photo : Getty Images / Vivien Killilea

« C'est la société au complet qui a créé ces personnages. Ils ne sont pas tombés du ciel. [...] On est tous responsables de ceci », souligne la professeure en sociologie Diane Pacom au sujet de la popularité grandissante des gourous du bien-être, dont une des figures importantes est Gwyneth Paltrow. L'aura dont jouissent ces personnalités auprès du public est révélatrice de ce que nous sommes, collectivement, en tant que société. L'aveuglement qui découle du culte de la célébrité est très néfaste, affirme Diane Pacom, un point de vue que partage la nutritionniste Annie Ferland.

Selon Diane Pacom, la popularité des célébrités comme Gwyneth Paltrow relève, entre autres, de la désaffection, depuis les années 1960, du public envers les valeurs traditionnelles comme le sens de la famille ou l'éducation. Cet éclatement des certitudes a créé un vide et a permis à l'individualisme de fleurir. C'est précisément ce vide que tentent de combler de nos jours des personnalités comme Oprah Winfrey ou Gwyneth Paltrow.

On a créé un nouveau panthéon, qui est celui des vedettes, des gens qu’on reconnaît comme étant de nouvelles figures d’autorité avec une aura incroyable.

Diane Pacom, professeure en sociologie

Le mot d'ordre : vigilance
À l'instar des fausses nouvelles, il faut exercer son sens critique afin de distinguer les mauvais conseils des bons conseils provenant des gourous du bien-être, croit pour sa part Annie Ferland. À commencer par ceux de Gwyneth Paltrow.

Pour ce qui est de Gwyneth, c’est une escalade de trucs farfelus à l’excès. De plus en plus, surtout au cours de la dernière année, on a vu ses conseils être critiqués par des experts.

Annie Ferland, nutritionniste

Rappelons que plus tôt cette année, l'actrice américaine a conseillé aux femmes de s'introduire un œuf de jade dans le vagin afin de tonifier le muscle de ce dernier et de vivre une meilleure sexualité. De nombreux spécialistes ont immédiatement dénoncé cette pratique.

Plaidant que les gourous du bien-être s'entourent de véritables spécialistes de la santé, leurs partisans se portent à leur défense. Toutefois, Annie Ferland doute fort de l'objectivité de ces guides. « Ces personnalités-là vont s’entourer de spécialistes qui sont un peu complaisants, qui pensent comme eux. »

Chargement en cours