•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le faux lien entre les appareils intelligents et le stress

Médium large

Avec Catherine Perrin

Le faux lien entre les appareils intelligents et le stress

Audio fil du mardi 7 mai 2019
Gros plan sur les mains d'une personne manipulant une téléphone intelligent.

L'utilisation d'appareils intelligents ne favoriserait pas directement le stress, selon une étude québécoise.

Photo : iStock

Ce n'est pas l'utilisation des appareils intelligents qui stresse les gens, mais plutôt les gens stressés qui ont tendance à utiliser leurs appareils intelligents comme outil de gestion du stress. C'est ce que conclut une étude québécoise, qui a observé que les gens rapportant beaucoup de stress n'utilisaient pas plus leur cellulaire que les gens se disant peu stressés. Sonia Lupien, chercheuse en neurosciences, explique à Catherine Perrin que les gens stressés tendent à se servir de leur appareil pour obtenir du soutien social.

Selon Sonia Lupien, le mythe du cellulaire en tant que cause du stress remonte à une campagne de l’American Psychological Association dans la foulée du lancement de l’iPhone, en 2007. « Un premier sondage [a démontré] qu’à travers le temps, le stress augmentait rapidement, particulièrement chez les jeunes millénariaux, indique-t-elle. Ça n’a pas été long pour que certains chercheurs fassent 1 + 1 =2 […] en disant que c’est l'iPhone qui menait à cette augmentation du stress chez les jeunes. »

On a souvent l’impression qu’on peut faire deux tâches en même temps. C’est faux. […] On doit désengager notre attention de la première tâche pour la réengager dans la deuxième. Si vous pensez que vous êtes meilleur que votre cerveau, vous avez tort, et il y a un prix à payer pour ça.

Sonia Lupien

Le téléphone comme outil de relaxation?

Une nouvelle étude de Danie Majeur contredit les conclusions des chercheurs inquiets. « Ce qu’on observe, c’est que les gens très stressés n’utilisent pas plus leur cellulaire [que les autres], affirme Sonia Lupien. Ils sont bien sûr plus nomophobiques [ils craignent d’être séparés de leurs téléphones intelligents], mais ce qui est intéressant, c’est qu’ils utilisent leur cellulaire beaucoup plus pour des raisons hédoniques. »

« L’hypothèse de Danie, et elle est pas mal bonne, c’est qu’on ne devient pas stressé parce qu’on utilise plus son cellulaire; on utilise son cellulaire quand on est très stressé parce que ça devient un bel outil pour gérer son stress. »


Il est également question de la télésérie britannique Black Mirror.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi