Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mardi 16 avril 2019

Ces « chicanes de couple » qu’il faut avoir pour vivre longtemps

Publié le

Silhouettes d'un homme et de femme se tournant le dos.
Un couple en brouille   Photo : iStock

Les couples au sein desquels un partenaire exprime sa colère tandis que l'autre la supprime prédisposent les deux membres du couple à une mort prématurée. En revanche, les couples au sein desquels les deux partenaires expriment ou suppriment leur colère sont destinés à vivre plus longtemps, selon une étude arizonienne. Sonia Lupien, chercheuse en neurosciences, explique à Catherine Perrin que ces résultats font mentir l'adage voulant que les contraires s'attirent.

« Ce n’est pas parce que j’ai un partenaire qui a tendance à supprimer sa colère que moi, ça va me faire mourir plus tôt, affirme Sonia Lupien. Par contre, les résultats [de l’étude arizonienne] montrent que ce qui préside la mortalité d’un ou des deux membres du couple 32 ans plus tard, c’est la discordance dans le style de gestion de la colère des deux membres du couple. »

Elle poursuit : « Quand vous êtes dans un couple dans lequel il y a une discordance de style – l’un exprime, l’autre supprime – l’un des deux membres a tendance à mourir plus jeune que les membres d’un couple où il y a concordance. Quand vous êtes dans un couple où il y a concordance – les deux suppriment ou les deux expriment –, en général, vous avez tendance à mourir plus tard que dans un [couple] où il y a discordance. »

Plus de questions que de réponses

La spécialiste précise toutefois que l’étude arizonienne est une analyse statistique et que d’autres études seraient nécessaires pour découvrir les causes exactes des morts prématurées au sein des couples montrant une discordance dans le style de gestion de la colère : « Peut-être qu’une discordance crée plus de conflits, qui durent plus longtemps. […] Donc, c’est peut-être plus difficile d’arriver à un consensus. »

Qui se fâche mieux vit mieux?

Sonia Lupien conclut avec un conseil : « Avant de demander le divorce parce que vous venez de vous rendre compte que votre style de gestion de colère est différent de celui de votre époux, on se rappellera qu’il y a des moyens d’apprendre à modifier son style de gestion de colère. »


Il est également question d’une pétition pour faire retirer le mot « race » de la Charte québécoise des droits et des libertés.

Chargement en cours