Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du jeudi 4 avril 2019

Vaut-il vraiment la peine de faire la file pour bruncher?

Publié le

Photo en noir et blanc montrant des Moscovites faisant la file pour acheter du pain, en 1993.
Des Moscovites font la file pour acheter du pain en 1993.   Photo : AFP/Getty Images / MICHAEL ESTAFIEV

Les longues rangées de mangeurs devant les restaurants branchés, au moment du brunch, sont garantes de la qualité de la nourriture qui y est servie et du plaisir à y aller, selon Guillaume Corbeil. Anne-Marie Dupras croit pour sa part qu'il est ridicule d'attendre pour des plats d'œufs et de bacon que tout le monde peut préparer à la maison. Au micro de Catherine Perrin, le dramaturge et l'humoriste débattent de la pertinence des files d'attente pour bruncher les matins de fin de semaine.

« Est-ce que mon inconfort ne m’éloigne pas de mon plaisir? », se demande Guillaume Corbeil, qui n’aime pas attendre, mais qui trouve que le jeu en vaut la chandelle. « Je vais manger pour l’expérience, pour le moment social, pas seulement pour régler le problème de la faim. […] C’est l’érotisme alimentaire. En retardant quelque chose, on lui donne une valeur. »

Pour le bien du monde

Il s’en remet même à Kant pour justifier cette attente : « Aller dans la plus longue file d’attente, c’est une façon d’encourager le monde à être meilleur. »

Trop cher, trop long

Anne-Marie Dupras se moque de l’empressement de son collègue à « attendre pour surpayer » : « S’il y a quelque chose qui est beaucoup trop cher pour ce que c’est, c’est bien les déjeuners. Ça ne coûte rien à faire, mais ils font de petites sculptures le fun, ils nous font attendre dehors [et] on a l’impression que ça vaut 15 piastres. On s’entend, ça vaut à peu près 4,95 $. »

Elle trouve aussi que c’est une pratique éminemment m’as-tu-vu : « Il y a plein d’endroits qui sont excellents et où il n’y a pas de file d’attente. […] Mon Dieu, a-t-on si faim que ça, le matin? Je vais vous donner ma recette de pain doré, c’est si simple, c’est si bon, et vous n’aurez pas besoin d‘aller dehors à -20. »

Chargement en cours