Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin
Audio fil du mardi 5 mars 2019

Non, le jus de céleri n'est pas le remède à tous les maux

Publié le

Jus de céleri dans un pot mason, déposé sur une table de bois où reposent deux tranches de céleri.
Le jus de céleri est de plus en plus prisé par des consommateurs qui le considèrent miraculeux, à tort.   Photo : iStock

Nombreux sont les internautes diffusant sur Instagram les résultats inouïs de leur transformation physique grâce à un régime strict de jus de céleri. « C'est un cas lourd de pseudoscience », dénonce le nutritionniste Bernard Lavallée, qui explique que ce régime de céleri n'a aucun fondement scientifique et vient des livres d'Anthony Willams, un médium américain affirmant être en dialogue avec des esprits mieux informés que le corps médical.

Depuis octobre 2018, le mot-clic #celeryjuice (jus de céleri) a le vent dans les voiles sur Instagram. Il contribue à propager l'idée que le jus de céleri est un aliment miraculeux aux propriétés curatives inédites. De nombreux internautes croient par exemple que le jus de céleri leur a permis de dompter de vilaines allergies. « Rien de tel n'a pourtant été prouvé par les études scientifiques », confirme le nutritionniste Bernard Lavallée.

Le jus de céleri a la cote depuis 1975, quand Anthony Williams a commencé à propager la désinformation à son sujet. [Anthony Williams] se définit comme un médium possédant le don de communiquer avec un esprit bienveillant qui lui fournit des informations médicales avant-gardistes. Il est suivi par 2 millions de personnes sur Instagram et a publié 4 best-sellers.

Bernard Lavallée, nutritionniste

Williams prétend qu'il y aurait, dans le jus de céleri, « des groupes de sels à ce jour inconnus par les scientifiques, lesquels s’accrochent aux organismes pour les nettoyer des toxines ». « C'est un cas de pseudoscience extrême », rapporte Bernard Lavallée.

Chargement en cours