•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Médium large

Avec Catherine Perrin

Nous n’aimons pas vraiment penser

Audio fil du mardi 26 février 2019
Illustration représentant un enchevêtrement de pensées autour de la tête d'une femme.

Penser demande trop d'énergie pour être une activité plaisante, selon des études.

Photo : iStock

Penser activement consomme trop d'énergie pour être une activité agréable, selon des études. Par contre, cela devient plus plaisant si l'on se donne des sujets agréables auxquels réfléchir, comme des vacances, ses enfants ou son conjoint. Sonia Lupien, chercheuse en neurosciences, explique à Catherine Perrin que cela peut expliquer l'attrait des nouvelles technologies, qui détournent nos pensées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi