Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin

Audio fil du mardi 4 juin 2019

  • Myriam Fehmiu, Judes Poirier et Robert Langevin au micro de Catherine Perrin.

    Aide médicale à mourir et alzheimer : les proches aidants perplexes

    Il est très difficile de déterminer avec certitude à partir de quel moment une personne qui souffre de démence ou de la maladie d'Alzheimer souffre au point de préférer ne plus être. Robert Langevin, mari de la chanteuse Renée Claude, Myriam Fehmiu et André Ocheduszko le savent puisqu'ils accompagnent ou ont accompagné l'une de ces personnes en fin de vie. En compagnie du Dr Judes Poirier et du sondeur Jean-Marc Léger, ils parlent à Catherine Perrin du cruel doute qu'ils ressentiraient si l'aide médicale à mourir était permise dans un tel cas, ce que la loi exclut présentement. Voir la suite »

  • Porte d'entrée de la nouvelle salle de concert Ursa, de Martha Wainwright, à Montréal.

    Ursa, la nouvelle adresse de concerts de Martha Wainwright

    La chanteuse inaugurera, le 21 juin, une petite salle de concert inclusive et familiale dans le quartier Mile-End, à Montréal. Inspirée par les cafés musicaux des années 1960 et 1970, elle rêvait de cet espace axé sur la musique et l'art. Martha Wainwright explique à Catherine Perrin qu'elle souhaite lancer une communauté avec ses amis et sa famille. Voir la suite »

  • Bas du visage d'un jeune homme se frottant la barbe.

    Votre barbe vous donne l’air colérique

    Des chercheurs australiens ont démontré que le port de la barbe chez l'homme rend plus discernable pour autrui les expressions de colère. En revanche, elle rend moins discernable la détection d'expressions de tristesse, mais elle n'a pas d'effet sur la détection des expressions de joie. Sonia Lupien, chercheuse en neurosciences, explique à Catherine Perrin que le port de la barbe augmente la masculinité perçue en augmentant la proéminence de la mâchoire. Voir la suite »

  • Une plante dans un pot, posée sur une étagère bleu contre un fond rose.

    À la découverte du rythme circadien particulier des plantes

    Une doctorante de l'Institut Earlham, au Royaume-Uni, a mis au point une nouvelle technique qui permet de mieux comprendre le rythme du cycle éveil-sommeil des végétaux. Elle a déterminé que l'oscillation de ce cycle s'accélère avec le vieillissement d'une plante, qu'elle se manifeste chez les nouvelles feuilles d'une plante comme chez les vieilles, et que les plantes sont sensibles aux changements de fuseau horaire. Marianne Desautels-Marissal, journaliste scientifique, explique à Catherine Perrin que ces découvertes risquent d'améliorer le rendement de certaines cultures. Voir la suite »

  • Des pissenlits sous un ciel bleu.

    Mythes et réalités au sujet des plantes envahissantes

    Pissenlit, nerprun cathartique, alliaire officinale... Même si ces espèces ont empoisonné la vie de plus d'un jardinier, la plupart d'entre elles ont été introduites volontairement à un moment ou l'autre, et leur caractère maléfique est souvent exagéré. Au micro de Catherine Perrin, le journaliste Pierre Gingras résume les révélations contenues dans un nouvel ouvrage, intitulé 50 plantes envahissantes. Voir la suite »

  • Récolte de truffes noires posées sur une table.

    Le marché noir florissant de la truffe

    Depuis une vingtaine d'années, période durant laquelle l'alimentation italienne s'est vu de plus en plus commercialisée, la truffe est devenue un moyen facile pour la mafia italienne de générer des revenus illicites. Les agriculteurs et producteurs italiens estiment à 27 milliards de dollars les revenus annuels engrangés par la contrefaçon de produits italiens. Lesley Chesterman, critique gastronomique, raconte à Catherine Perrin l'étonnante évolution de ce commerce de l'ombre. Voir la suite »

  • Deux enfants sous une couverture regardent un film sur une tablette.

    Pourquoi on aime tant revoir ou relire une œuvre

    Revivre des émotions agréables, poursuivre une réflexion intéressante, mieux comprendre quelque chose que l'on n'a pas tout à fait saisi, chercher un sentiment de contrôle à travers quelque chose que l'on peut prédire, être rassuré... C'est un peu pour tout cela que l'on aime revenir à une œuvre d'art, un film, une série ou un livre que l'on connaît déjà, estiment Rose-Marie Charest, Georges Privet et Claudia Larochelle. La psychologue, le critique de cinéma et la chroniqueuse littéraire expliquent à Catherine Perrin que c'est en revisitant une œuvre que l'on peut mieux sentir son importance. Voir la suite »

Chargement en cours