•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Médium large

Avec Catherine Perrin

Audio fil du mardi 28 mai 2019

Rattrapage

  • Doit-on privilégier la maternelle 4 ans ou un CPE mieux outillé?

    « La maternelle 4 ans doit devenir une pierre d'assise de l'inclusion » pour que tous les Québécois fréquentent l'école « ordinaire », peu importe leur condition socio-économique et leurs difficultés d'apprentissage, soutient Égide Royer. Selon le spécialiste en adaptation scolaire, un programme alliant les forces de spécialistes en pédagogie et d'éducatrices ou d'éducateurs de la petite enfance offre une plus-value, un fait déjà observé en Ontario. Pour sa part, Catherine Dea, médecin responsable du service Développement des enfants à la Direction régionale de santé publique de Montréal (DRSP), souligne que les difficultés d'apprentissage peuvent être dépistées bien avant 4 ans et que les centres de la petite enfance (CPE) peuvent contribuer au dépistage de ces troubles.

  • Un spectacle de danse contemporaine inspiré d'un atelier d'éducation sexuelle en CPE

    « Je pense que les meilleures critiques que j'ai reçues, c'était des gens qui étaient là pour la première fois. C'est intéressant de voir comment on peut interpréter [l'art sans en avoir le] bagage », affirme la chorégraphe et performeuse Dana Michel, qui parle de son dernier spectacle, qu'elle a monté en s'inspirant des cours d'éducation sexuelle de son enfant au centre de la petite enfance (CPE). Elle présente à Catherine Perrin sa nouvelle création intitulée Cutlass Spring, dans laquelle elle cherche à se réapproprier ses pulsions endormies et propose un regard inattendu sur la libération d'un corps.

  • Trop d'aventuriers sur le toit du monde

    « Dire non, ça serait passer à côté du problème. Il n'y a pas juste des problèmes sur l'Everest », affirme Gabriel Filippi, qui détient le titre du premier Canadien à gravir le plus haut sommet du monde à trois reprises. Il raconte à Catherine Perrin comment les décisions prises par les responsables des expéditions peuvent éviter les accidents tragiques qui ont fait les manchettes récemment alors qu'une dizaine de personnes ont perdu la vie sur la célèbre montagne et qu'on découvrait l'achalandage au sommet grâce aux photos montrant des centaines d'alpinistes qui y faisaient la file.

  • Moins d’examens, moins d’anxiété, plus de réussites scolaires?

    Le nombre élevé d'examens jouerait un rôle important dans l'augmentation des comportements d'anxiété chez les jeunes et les adolescents. La spécialiste en neurosciences Sonia Lupien décortique avec Catherine Perrin la mécanique qui entoure les effets du stress sur la mémoire en précisant à quel point de nombreux acteurs du milieu scolaire s'interrogent sur l'efficacité d'un taux aussi élevé d'évaluations.

  • Les premiers monarques arrivent au Québec

    Les premiers monarques qui terminent leur migration sont sur le point d'arriver au Québec. Si le célèbre papillon est réparti partout dans le monde, c'est seulement la partie nord-américaine de la grande famille qui expérimente la migration. Le journaliste Pierre Gingras explique à Catherine Perrin que les événements climatiques et environnementaux des dernières années ont eu de réelles répercussions sur le papillon, qui arrivera en masse d'ici la fin juin.

  • Une étoile dans la Grande Ourse est une étrangère venue d’ailleurs

    La journaliste scientifique Marianne Désautels-Marissal présente à Catherine Perrin une étoile joliment nommée J1124+4535 et qui se trouve dans une constellation bien connue de tous : la Grande Ourse. Impossible à voir à l'oeil nu, sa lumière a voyagé pendant 60 000 ans avant d'atteindre le télescope qui l'a repérée pour la première fois en 2015. Mais ce qui étonne, c'est que l'étoile en question semble être une voyageuse en provenance d'une autre galaxie...

  • Perd-on le goût d’essayer de nouveaux restaurants avec l’âge?

    Avec l'âge, les priorités changent. Est-ce toujours le cas quand vient le temps de choisir un resto? La musique, l'attitude des serveurs, le menu... Tout peut être perçu différemment avec les années, selon la critique gastronomique Lesley Chesterman. Elle explique à Catherine Perrin comment à l'âge de 52 ans, elle perd parfois l'envie d'essayer du nouveau – et pourquoi elle choisit parfois de fréquenter des restaurants où le menu, les serveurs et la clientèle lui sont déjà connus.

  • Les rêves hollywoodiens de Georges St-Pierre

    « [Dans ma prochaine carrière], le stress va être là, mais je n'aurai pas le stress d'avoir des blessures », dit Georges St-Pierre, en expliquant à Catherine Perrin quels traits de sa personnalité ont fait de lui un champion, tout en abordant ceux qu'il a dû refouler pour continuer à arborer une attitude de gagnant. L'ancien athlète d'arts martiaux mixtes, qui aura grandement contribué à la popularisation de son sport au Canada, nous parle de ses rêves de cinéma, qu'il souhaite réaliser dans sa deuxième vie.

Vous aimerez aussi