Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin

Audio fil du vendredi 15 mars 2019

  • Un homme passe devant le logo de la compagnie SNC-Lavalin.

    SNC-Lavalin : le Canada fait piètre figure, et se trompe de cible

    Sumitra Rajagopalan estime que l'affaire SNC-Lavalin fait mal paraître le Canada sur la scène internationale, si bien que le groupe de travail sur la corruption de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) l'a rappelé à l'ordre. Jacques Létourneau déplore que le Canada anglais interprète un possible accord de culpabilité de l'entreprise délinquante comme un cautionnement de la corruption. La femme d'affaires et le président de la Confédération des syndicats nationaux discutent avec Catherine Perrin des événements marquants de l'actualité. Voir la suite »

  • Francis Langlois et Alec Castonguay au micro de Catherine Perrin.

    Le langage codé des politiciens et militants pour s’adresser à la marge

    En citant le chiffre 17 dans un discours, Donald Trump a fait une référence voilée, mais politiquement payante à la théorie complotiste Qanon. En parlant de « balkanisation culturelle » ou en pastichant le film La matrice, Maxime Bernier fait un clin d'œil discret à l'extrême droite. Ces messages subliminaux séduisent les franges marginales de l'électorat sans offenser le plus grand nombre. Alec Castonguay, journaliste, et Francis Langlois, décortiquent pour Catherine Perrin cette technique surnommée « dog whistle » (sifflet à chien). Voir la suite »

  • Un jeune homme et une jeune femme sont assis sur le siège arrière d'une voiture.

    Genèse : un film troublant sur l’adolescence, selon le tandem Faradji-Privet

    « Il capte, la fragilité, la cruauté de l'adolescence », dit Helen Faradji au sujet de nouveau film de Philippe Lesage (Les démons). « Tout est fait avec une mise ne scène assez captivante, d'une très grande beauté, avec une photo très, très sensuelle. C'est très intemporel. On sait qu'on est aujourd'hui, mais ça pourrait être un peu n'importe quand. [...] Par moment, ça manque un peu de chair narrative, de densité. » Georges Privet est beaucoup plus mitigé : « Il y a, à mon avis, de gros problèmes dans le scénario. J'ai beaucoup aimé les acteurs, j'ai beaucoup aimé la photo, mais [...] c'est filmé avec raideur. » Voir la suite »

  • Silhouettes de danseurs effectuant une chorégraphie sur fond blanc.

    Le défi de filmer les chorégraphies inspirées par Leonard Cohen

    « On se laisse emporter par [...] l'esthétique sonore et intemporelle que dégagent les paroles. C'est rare qu'on voie de la danse sur des musiques comme celles-là. » C'est à François Lamoureux que revient la tâche colossale de capter Dance Me, un spectacle des Ballets Jazz de Montréal inspiré par l'œuvre de Leonard Cohen, en vue d'une diffusion sur les grands écrans du Québec, le 24 mars prochain. Le réalisateur discute avec Catherine Perrin de l'importance, pour lui, de garder une vue d'ensemble sur le spectacle, et non sur les danseurs individuels. Voir la suite »

  • L'altiste et chroniqueur Frédéric Lambert parle des meilleures parutions et des concerts à venir en musique classique.

    Sunny Night : le romantisme simple de Giya Kancheli

    L'altiste et chroniqueur Frédéric Lambert nous parle des meilleures parutions récentes en musique classique et des concerts à venir dans ce domaine. Il est question de Sunny Night, du violoniste Frederic Bednarz et du bandonéoniste Jonathan Goldman, sous la direction de Natsuki Niratsuka. L'opus rassemble 18 pièces du compositeur Giya Kancheli, originalement composées pour le théâtre et le cinéma, et réarrangées pour les salles de concert. Notre chroniqueur explique à Catherine Perrin qu'il s'agit de ravissantes miniatures qui gagneraient à être connues par les musiciens classiques contemporains. Voir la suite »

  • Deux jeunes personnes de race noire portant des coiffes aux couleurs vives, inspirées de celles des peuples des Premières Nations.

    À la rencontre des tribus du Mardi gras

    « Le costume peut peser jusqu'à 150 livres. Les gens défilent dans la rue en chantant et en dansant. Chaque tribu a son chef éclaireur, son signaleur, son guerrier fou et son grand chef. » Pascale Lévesque est à La Nouvelle-Orléans, où les festivités du Mardi gras sont en cours. La chroniqueuse décrit à Catherine Perrin la tradition particulière des « Indiens du Mardi gras », où des Noirs revêtent des costumes traditionnels des Premières Nations. Elle explique que, loin de représenter de l'appropriation culturelle, cette fête renvoie plutôt aux liens serrés entre les peuples autochtones et les Noirs durant l'esclavage et la guerre de Sécession. Voir la suite »

  • Gros plan sur les bouteilles sélectionnées par la Master Sommelier Élyse Lambert.

    Deux vins à moins de 20 $ à découvrir, selon Élyse Lambert

    « Je vous emmène en pays connu : au Québec, à Saint-Eustache. » La première Master Sommelier québécoise fait déguster aux invités du studio 18 ce qu'elle estime être l'un des meilleurs vins québécois qu'elle a goûtés depuis longtemps. Il s'agit d'un assemblage déployant une belle acidité et des arômes agréables, sur mesure pour les amateurs de sauvignon blanc. Elle parle également à Catherine Perrin d'un côtes-de-bordeaux qui représente, pour elle, le merlot dans sa plus simple expression. Voir la suite »

  • La critique de cinéma Helen Faradji parcourt le web et les réseaux sociaux à la recherche de vidéos, de séries et de films faits sur mesure pour les plateformes numériques et accessibles à tous.

    Une websérie à voir sur la lecture, selon Helen Fardji

    La critique de cinéma Helen Faradji parcourt le web à la recherche de vidéos, de séries et de films faits sur mesure pour les plateformes numériques. Elle parle cette semaine de Culte : lecteurs sous influence, une websérie française en 15 épisodes de 3 minutes sur l'effet qu'ont eu divers classiques de la littérature sur le monde et la culture populaire, de 1984 à Harry Potter en passant par Les versets sataniques. Helen Faradji explique à Catherine Perrin pourquoi elle a trouvé la série ludique, tonique et brillante. Voir la suite »

Chargement en cours