•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Médium large

Médium large

Avec Catherine Perrin

Audio fil du mardi 5 février 2019

Rattrapage

  • Port de signes religieux : l’interdiction brimerait-elle les femmes?

    Pour Nadia El-Mabrouk, le port de signes religieux est une forme de prosélytisme qui menace la liberté de conscience des enfants. Pascale Navarro dénonce le fait que ce débat soit axé sur le voile, et craint qu'une interdiction menace le bien-être et l'intégration des femmes musulmanes. Au terme d'une controverse entourant l'annulation d'une conférence que devait donner Mme Mabrouk, la militante pro-laïcité et la journaliste parlent à Catherine Perrin de débattre sereinement dans ce dossier.

  • Politique américaine : ces indépendants qui brouillent les cartes

    Ross Perot en 1992, George Wallace en 1968, et maintenant l'ancien président de la chaîne Starbucks, Howard Schultz... Ils font mine de donner une troisième voie aux électeurs américains en se présentant à l'extérieur des bannières démocrate ou républicaine, mais finissent souvent par diviser l'électorat et influencer le résultat des élections par ricochet. Le chercheur Christophe Cloutier-Roy raconte à Catherine Perrin les surprises causées par des indépendants par le passé.

  • Le meilleur coiffeur pour hommes d’Amérique est à Brossard

    Pete Goupil, barbier au salon Espace C, à Brossard, a été sacré meilleur coiffeur masculin au North American Hairstyling Awards. Il s'agit du plus gros concours de coiffure par soumission de photos au monde. Le lauréat s'y est distingué grâce à trois coiffures de sa création. Pete Goupil explique à Catherine Perrin qu'il est las des cheveux masculins systématiquement coiffés vers l'arrière.

  • Les tendances culinaires avant-gardistes d’Espagne

    Cuisine moléculaire, algues, collagène de fruits de mer... Lesley Chesterman rentre du symposium Madrid Fusion, en Espagne, où elle a découvert les plats les plus inattendus. La critique gastronomique explique que l'avant-garde culinaire du pays mise davantage sur les techniques que sur les ingrédients, contrairement aux Nord-Américains.

  • Pourquoi les incompétents se trouvent si bons

    C'est précisément parce qu'ils n'ont pas les compétences pour prendre conscience de leurs manquements que des personnes particulièrement inaptes dans certains domaines s'y trouvent au contraire resplendissantes. Sonia Lupien, chercheuse en neurosciences, décrit à Catherine Perrin ce phénomène scientifique appelé l'effet Dunning-Kruger.

  • Le génocide des Premières Nations aurait perturbé le climat

    La colonisation des Amériques par les Européens, à partir du 15e siècle, a décimé un si grand nombre de populations que le climat mondial en a été altéré. Les maladies, les guerres et l'esclavage auraient causé, directement ou indirectement, une hausse de l'émission de CO2 et un refroidissement planétaire. Marianne Desautels-Marissa, journaliste scientifique, parle à Catherine Perrin des résultats d'une étude menée par l'University College de Londres.

  • La mémoire insoupçonnée de nos muscles

    Une mémoire se loge bel et bien à l'intérieur de nos muscles, notamment en raison des fibres musculaires et des multiples noyaux qu'ils renferment. L'activité physique régulière permet d'augmenter le nombre de noyaux à l'intérieur d'un muscle et, contrairement à ce que l'on a longtemps cru, ce nombre demeure relativement stable après l'entraînement, même si la masse musculaire diminue. Denis Fortier, physiothérapeute, explique à Catherine Perrin que cette découverte renouvelle l'importance de faire bouger les plus jeunes.

  • Comment la mort organise la vie, selon Luce Des Aulniers

    « La loi du vivant, c'est à la fois la naissance et la mort. » La docteure d'État en anthropologie, spécialiste des questions du deuil et de la mort, constate que les gens se sentent vite déclassés dans la maladie et l'incapacité, et voit une faille dans le recours à l'aide médicale à mourir comme délivrance suprême, alors que la maladie et le déclin sont pour elle dans « l'arc de l'existence ». La coauteure de l'essai Le choix de l'heure : ruser avec la mort? parle à Catherine Perrin du rôle du capitalisme dans cette vision erronée de la maladie dans nos sociétés.

Vous aimerez aussi