•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Médium large

Avec Catherine Perrin

Audio fil du mercredi 5 septembre 2018

Rattrapage

  • La vulnérabilité assumée de Koriass

    Le mépris de soi-même, la folie, le détachement, le déchirement familial... Ce ne sont quelques thèmes que le rappeur de Québec aborde sur son nouvel album, La nuit des longs couteaux. Après le succès de Love suprême, qui avait révélé la facette féministe de l'artiste, Koriass reconnaît ne pas avoir eu les reins assez solides pour encaisser les répercussions de la popularité. Le rappeur parle à Catherine Perrin de son séjour dans une aile psychiatrique et de ses regrets d'avoir « profité » de l'aura que lui a donnée son engagement.

  • Quand la fille de Steve Jobs se raconte

    Lisa Brennan-Jobs, la fille aînée du défunt fondateur d'Apple, Steve Jobs, raconte la relation difficile qu'elle a eue avec son père dans Small Fry, des mémoires qui se veulent une façon de se réapproprier son histoire. Steve Jobs a longtemps nié la paternité de Lisa, mais les deux ont tout de même réussi à nouer une relation. La journaliste Anne Lagacé Dowson et la psychologue Florence Marcil-Denault expliquent à Catherine Perrin que l'ouvrage est bien plus qu'un règlement de compte.

  • Pareil, pas pareil : se rendre à l’aéroport

    À Toronto, on peut facilement se rendre à vélo à l'aéroport Billy Bishop. À Sudbury, c'est hors de question à partir du centre-ville, puisque l'aéroport s'en trouve à 30 km. À Montréal, prendre un taxi vers l'aéroport Pierre-Elliott-Trudeau à partir du centre-ville coûte 45 $. À Toronto, il peut en coûter jusqu'à 80 $ pour atteindre l'aérogare Pearson. Au micro de Catherine Perrin, le chroniqueur Frédéric Choinière rend compte des réalités différentes des villes du Canada.

  • Les leçons non apprises de la crise économique de 2008

    La pire crise financière depuis 1929 a démontré que le ruissellement de la richesse ne fonctionne pas et que les indicateurs financiers sont trompeurs, selon Diane Bérard et Jean-Pierre Ouellet. La réglementation insuffisante adoptée depuis a alimenté une fausse reprise qui ne favorise que les plus riches, occultant des inégalités grandissantes et le pouvoir d'achat affaibli des travailleurs. Au micro de Catherine Perrin, la chroniqueuse économique et l'avocat d'affaires examinent le mécanisme qui a mené à la faillite de la banque d'investissement Lehman Brothers, le 15 septembre 2008.

  • Le stylo Bic démythifié

    Il est faux de croire que Marcel Bich a inventé le stylo à bille, que l'on peut se servir des fameux crayons pour faire une trachéotomie d'urgence et que la NASA a dépensé des millions de dollars pour remplacer le stylo Bic dans l'espace, mais il est vrai que cet outil de bureau a été conçu pour éviter les accidents dûs à son mâchouillage. Barbara-Judith Caron, rédactrice en chef des plateformes numériques d'Urbania, détruit les fausses croyances liées au produit phare de l'entreprise française Bic, fondée en 1945.

  • Annick Lefebvre, dramaturge omniprésente

    Sa pièce Les barbelés, un solo créé à Paris et tenu par la comédienne Marie-Ève Milot, vient de prendre l'affiche à Montréal. Au même moment, une autre de ses œuvres, J'accuse, prend l'affiche en France dans une nouvelle version, après avoir été présentée en Belgique. Annick Lefebvre explique à Catherine Perrin qu'elle doit écrire si vite qu'il n'y a pas de temps pour l'autocensure.

  • Quelle place pour Dieu dans la science?

    Au moment où l'hypothèse de la vie ailleurs dans l'espace se confirme, la science ne parvient toujours pas à expliquer les premiers moments du big bang. En revanche, la présence de vie sur d'autres planètes remet en question les enseignements de toutes les religions monothéistes. Un dossier du magazine Le Figaro examine les conflits et les rapprochements entre la science et la religion dans les dernières découvertes sur l'origine de la vie. Le chroniqueur Hassan Serraji explique à Catherine Perrin pourquoi il vaut la peine d'être lu.

Vous aimerez aussi