Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Catherine Perrin

Audio fil du mercredi 22 août 2018

  • Tom Cruise se cache derrière un mur dans cette image tirée du film <i>Mission Impossible: Fallout</i>, de Christopher McQuarrie.

    Pourquoi l’espionnage fascine tant le monde du cinéma

    James Bond, la saga Jason Bourne, Mission impossible, Atomic Blonde, Austin Powers, OSS 117, la série Kingsman... Selon Georges Privet, critique de cinéma, l'espionnage fait l'objet d'une tradition littéraire qui remonte jusqu'à la Bible, et les deux grandes guerres mondiales n'ont fait que mousser l'intérêt pour ce thème. Il explique à Stéphan Bureau comment chaque film d'espionnage à succès reflète son époque. Voir la suite »

  • Normand Lester au micro de Stéphan Bureau.

    Les nouveaux fronts de l’espionnage

    La Chine et le Canada ont rejoint les États-Unis, l'Angleterre et la Russie sur le terrain des services d'espionnage, qui investissent maintenant des endroits comme l'Afrique. Rémi Kauffer, expert des services de renseignements, explique à Stéphan Bureau que si l'espionnage se fait maintenant beaucoup par l'électronique, les espions ont encore fort à faire pour démêler les informations recueillies. Normand Lester, journaliste d'enquête, raconte les affaires d'espionnage qui ont marqué le Canada. Voir la suite »

  • Stella Rimington, la première femme à avoir dirigé l'agence de renseignement britannique MI5, lors du festival New Yorker, en 2013.

    L’espionnage, un monde de plus en plus féminin

    « Les services de renseignements comprennent l'intérêt qu'ils ont à recruter des femmes », dit Chloé Aeberhardt. La nouvelle directrice de la CIA, Gina Haspel, et la campagne de recrutement à l'intention des femmes menée par le service de renseignement britannique, il y a quelques années, confirment une tendance importante, selon la journaliste. L'auteure du livre Les espionnes racontent explique à Stéphan Bureau comment Stella Rimington, la première femme à avoir dirigé l'agence de renseignement britannique MI5, dans les années 1990, a changé la donne dans le monde de l'espionnage. Voir la suite »

  • José Fernandez au micro de Stéphan Bureau.

    L’espionnage informatique, mode d’emploi

    Plus besoin d'instrument sophistiqué pour espionner une cible; il suffit désormais d'employer une demi-douzaine de pirates informatiques qualifiés pour scruter ses appareils à partir d'un courriel. Selon José Fernandez, professeur en génie informatique et expert en cybersécurité, il s'agit là d'un moyen plus efficace que l'écoute de conversations ou la surveillance par caméras. En compagnie du journaliste Normand Lester et de l'expert des services de renseignements Rémi Kauffer, il explique à Stéphan Bureau que les espions en chair et en os sont encore nécessaires pour compléter de telles opérations. Voir la suite »

  • Émile Proulx-Cloutier au micro de Stéphan Bureau.

    Émile Proulx-Cloutier et le repos par le travail

    « Ça me fait du bien, des fois, comme acteur, de quitter ma tête de fabricateur de projets. » À force de cumuler les occupations artistiques, le comédien, auteur-compositeur, réalisateur et père de famille prend un réel plaisir à s'abandonner aux créations d'autrui. À l'approche d'un automne chargé, au cours duquel on pourra le voir dans le film Un printemps d'ailleurs, dans les spectacles Beau comme on s'aime et Pôle Sud : documentaires scéniques, et les séries télévisées Boomerang et Faits divers, Émile Proulx-Cloutier raconte à Stéphan Bureau comment sa vie de famille nourrit son travail. Voir la suite »

  • Dennis Smith fils (à gauche), des Mavericks de Dallas, surveille Kyle Lowry, des Raptors de Toronto, lors d'un match en 2017.

    Le basketball, un sport flamboyant qui s’impose difficilement au Canada

    Inventé par le Canadien James Naismith, à Springfield, au Massachusetts, en 1891, le ballon-panier n'est arrivé au Canada qu'en 1942 sous sa forme professionnelle, avant de disparaître à nouveau jusqu'aux années 1990. Le journaliste Meeker Guerrier, l'analyste et entraîneur Pascal Jobin et le militant Will Prosper expliquent à Stéphan Bureau que c'est l'un des rares sports où l'attitude individuelle d'un joueur peut changer le cours d'un match. Voir la suite »

  • Arcade Fire en prestation lors du gala des prix Juno, en mars 2018.

    Une première biographie en français sur Arcade Fire

    Le comédien français Matthieu Davette est l'auteur de la première biographie francophone non autorisée sur le groupe montréalais. Il le compare aux géants britanniques Radiohead, en soulignant cependant que la troupe canadienne a, elle, évolué de façon totalement indépendante. Mathieu Davette raconte à Stéphan Bureau que le leader du groupe, Win Butler, avait Arcade Fire en tête depuis ses 15 ans. Voir la suite »

  • Le logo du réseau social Twitter photographié à partir d'un écran.

    Comment les réseaux sociaux influent sur les élections aux États-Unis

    Chez nos voisins du sud, 14 % des électeurs ont avoué que le contenu véhiculé sur les réseaux sociaux pouvait changer leur avis. Les jeunes hommes d'allégeance démocrate se sont montrés les plus sensibles au changement d'opinion dans ce contexte. Catherine Mathys, chroniqueuse en médias et en technologie, explique à Stéphan Bureau comment la répétition de certains propos peut changer la perception de la réalité chez certains électeurs. Voir la suite »

  • Chantal Hébert au micro de Stéphan Bureau.

    Les élections québécoises vues du Canada

    Sans débat sur la souveraineté ni sur la charte des valeurs québécoises à l'horizon, les élections provinciales n'intéressent que très peu le Canada anglais. En revanche, leur déroulement pourrait prendre des airs de répétition générale en vue des élections fédérales de 2019 sur des thèmes comme l'immigration et les changements climatiques. C'est l'avis de Paul Wells et de Chantal Hébert, chroniqueurs politiques. Ils expliquent à Stéphan Bureau que c'est parce que le Québec va bien qu'il suscite si peu d'intérêt. Voir la suite »

Chargement en cours