•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Médium large

Avec Catherine Perrin

Audio fil du mardi 14 août 2018

Rattrapage

  • La science complexe, mais accessible des programmes de milles aériens

    Si l'on prévoit ses projets de voyage, qu'on étudie en détail les conditions de remise et qu'on paie ses soldes de cartes de crédit à temps, les points de voyage de type Aéroplan ou Air Miles peuvent permettre de visiter des endroits que l'on n'aurait pas les moyens de se permettre autrement. Maurice Jean, chimiste féru de milles aériens, Stéphanie Grammond, chroniqueuse en consommation, et Jean-Maximilien Voisine, expert en programmes de récompenses, parlent à Stéphan Bureau de l'importance d'utiliser rapidement ses points.

  • QAnon, la communauté rassemblée autour d’une théorie du complot rocambolesque

    Selon les milliers de partisans de Donald Trump qui adhèrent à cette théorie formulée à l'automne 2017, l'élite progressiste américaine serait mêlée à un vaste réseau de pédophiles et le président Donald Trump serait le sauveur désigné pour laver le pays de ces envahisseurs. Francis Langlois, professeur d'histoire, et Camille Lopez, journaliste, décortiquent au micro de Stéphan Bureau le dense scénario qui est tricoté sur les forums web, comme 4chan et les réseaux sociaux.

  • Guy Nantel déplore l’inégalité dans la liberté d’expression

    « Les gens ne voient pas le danger. C'est très sérieux, ces questions-là. » Au terme de sa première année de tournée pour son spectacle Droits et libertés, l'humoriste estime que les controverses dont il a fait l'objet pour ses moqueries à l'endroit d'une victime d'agression sexuelle relèvent de la même problématique que l'annulation des spectacles de Robert Lepage, ou les scandales entourant les propos de Mike Ward sur Jérémie Gabriel. Guy Nantel parle à Stéphan Bureau de la nature solitaire du travail d'humoriste.

  • Tout sur le maïs, selon Lesley Chesterman

    Il faut l'acheter le plus près de chez soi possible, qu'il soit un peu humide et que le foin soit un peu collant, ni noir, ni trop desséché. Maintenant que la saison du maïs est bien lancée, la critique gastronomique Lesley Chesterman révèle à Stéphan Bureau comment choisir le meilleur maïs, ainsi que comment le cuire et l'apprêter, et suggère quelques façons originales de l'utiliser dans des recettes.

  • Le suisse, un animal joli, mais parfois épouvantable

    Ce petit rongeur sympathique et solitaire est l'ami du villégiateur et du campeur, mais il peut devenir l'ennemi du jardinier. En plus de creuser des trous partout, le tamia dévore les bulbes de plantes. Pierre Gingras, journaliste spécialisé en horticulture et en ornithologie, donne à Stéphan Bureau quelques trucs pour se défaire du suisse.

  • La géoingénierie pour contrer les changements climatiques?

    Une équipe de chercheurs s'est inspirée des effets provoqués par l'éruption des grands volcans pour vérifier si l'émission de produits dans la haute atmosphère pourrait réduire la portée des changements climatiques. Ils ont constaté que la baisse de luminosité que ce procédé provoquerait aiderait la croissance de certaines plantes, mais réduirait les récoltes agricoles. Au micro de Stéphan Bureau, Renaud Manuguerra-Gagné, journaliste scientifique, rend compte de cette découverte, publiée dans la revue Nature.

  • Responsabilité criminelle : faut-il se fier aux expertises psychiatriques?

    Les zones grises en psychiatrie font que les diagnostics posés par les experts, lors de procès criminels, impliquent une certaine subjectivité. Le fait que ces diagnostics soient établis rétrospectivement augmente également les chances d'inexactitude. Marie-Ève Cotton, psychiatre, explique à Stéphan Bureau que les experts sont aussi forcément influencés par la partie qui les engage, dans un système judiciaire qui protège peu l'impartialité des spécialistes.

  • Ti-gars : quand un soldat change de sexe

    C'est une rare histoire de transition positive que Doris Buttignol raconte dans son documentaire. Né Virginie, le caporal Vincent-Gabriel Lamarre a changé de sexe non seulement avec le soutien de sa famille, mais aussi celui des Forces armées canadiennes. Le film de Mme Buttignol en illustre presque chaque étape, de la prise de testostérone à la mastectomie, en passant par l'hystérectomie. En compagnie de la réalisatrice, Vincent Gabriel-Lamarre raconte à Stéphan Bureau comment il a vécu dans l'inconfort d'être né dans le mauvais corps depuis l'âge de 3 ans, et pourquoi il accepte les risques de l'ultime étape à venir : la phalloplastie.

Vous aimerez aussi