•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Médium large

Avec Catherine Perrin

Audio fil du mercredi 26 juillet 2017

Rattrapage

  • Le Summer of Love ou comment l’Occident a appris la contestation

    S'il ne reste rien des idéaux de paix et d'égalité des hippies, l'été de l'amour a installé un modèle de la contestation sociale qui perdure. C'est le constat du sociologue Jean-Philippe Warren, de la comédienne Louise Latraverse et de l'auteur Aleksi K. Lepage. Au 50e anniversaire du Summer of Love, lors duquel 100 000 jeunes se sont réunis à San Francisco, ils racontent à Stéphan Bureau que les hippies ont jeté les bases du mouvement Occupons Wall Street.

  • Comment le Québec a reçu la musique hippie

    « On n'a pas idée de la rapidité avec laquelle les choses changeaient. » Chez nous, les Sinners et L'Osstidshow ont été la réponse québécoise à Janis Joplin, aux Beatles et à Jefferson Airplane. Charles Prévost-Linton, ancien membre des Sinners, parle à Stéphan Bureau de l'importance de la drogue et de l'album Sgt. Pepper's Lonely Heart Club Band, des Beatles, dans la musique de l'ère hippie.

  • Mode : en 1967, les hippies prônaient l’égalité par l’habillement

    Vêtements unisexes, cheveux longs chez les hommes, explosions de couleurs, influences des cultures d'ailleurs, tricots confortables... La mode hippie s'est définie par l'envie des jeunes de se distinguer de leurs parents et de brouiller les frontières entre les sexes et les classes sociales. Bernadette Rey, historienne et anthropologue de la mode, explique à Stéphan Bureau que les pantalons à pattes d'éléphant étaient d'abord des pantalons pour hommes ajustés pour les femmes.

  • Le cinéma de l’ère hippie : quêtes, perception, culture et érotisme

    Easy Rider, Zabriskie Point, I Am Curious Yellow, Deux femmes en or... Ces films ont marqué l'ère hippie. C'était l'époque des road movies, des antihéros, des fins en queue de poisson, du cinéma de la perception, de l'émergence du film érotique et des captations musicales. Georges Privet, critique cinématographique, explique à Stéphan Bureau que les années 1960 ont été si fertiles qu'elles ont donné l'impression de condenser deux décennies en une seule.

  • Consommer du poisson durable, une course à obstacles

    Distribution défaillante, mauvaise connaissance des produits, pêche industrielle dommageable pour l'environnement, difficultés pour les pêcheurs artisanaux de vendre leurs produits... Manger du poisson et des fruits de mer issus de pêche durable est un véritable casse-tête. Six spécialistes discutent avec Stéphan Bureau du chemin à parcourir pour faire de la pêche une chaîne de consommation saine.

  • CGTN : la deuxième vie de l’organe du Parti communiste chinois

    La chroniqueuse Catherine Mathys brosse le portrait d'un média qui présente au public des visions divergentes. Cette semaine, elle parle de China Central Television (CCTV), récemment rebaptisée China Global Television Network (CGTN). Chaîne officielle du gouvernement depuis 1958, le réseau a, au fil du temps, adopté de nouveaux modèles d'affaires et de nouveaux moyens technologiques en plus d'offrir ses services en d'autres langues. Catherine Mathys explique à Stéphan Bureau comment CGTN tente de se montrer objective et crédible tout en servant la ligne éditoriale du gouvernement.

Vous aimerez aussi