Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Stéphan Bureau

Audio fil du mardi 4 juillet 2017

  • Des représentants de la communauté afro-américaine pendant un rassemblement démocrate à Raleigh, en Caroline du Nord, en novembre 2016

    Le changement démographique aux États-Unis, un défi pour les Afros-Américains

    N'en déplaise au président Donald Trump, les États-Unis sont entrés depuis quelques années dans une ère de transformation démographique importante et cette mutation se poursuivra radicalement dans les années à venir, souligne Amélie Escobar, chercheuse à l'Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand. Par exemple, en 2060, la communauté blanche formera 43,6 % de la population américaine, alors qu'elle en représente actuellement 77,5 %. Les communautés hispaniques et asiatiques connaîtront une forte croissance démographique et ce sont les Afros-Américains qui pourraient être désavantagés par ces grands changements. Voir la suite »

  • Les candidats démocrates à la présidence américaine Bernie Sanders et Hillary Clinton se serrent la main lors d'un débat à Las Vegas le 13 octobre 2015.

    Le Parti démocrate, loin d'être en phase avec sa base électorale

    La reconstruction du Parti démocrate ne sera pas facile dans les années à venir, indique Jean-Philippe Cipriani, directeur des contenus numériques à L'actualité, et Julie Dufort, chercheuse associée à la Chaire Raoul-Dandurand. Plutôt que de tirer à boulets rouges sur Donald Trump et d'avoir les yeux constamment rivés sur la Russie, les démocrates auraient intérêt à se reconnecter avec leur base électorale, dit le journaliste, un point de vue que partage Julie Dufort. Cette dernière souligne que la fragilisation du parti a commencé bien avant la défaite d'Hillary Clinton en 2016, car les démocrates ont perdu, à l'échelle locale, presque un millier de sièges dans les législatures d'État depuis sept ans. Voir la suite »

  • Une poutine

    La poutine, un mets avant tout québécois, selon Lesley Chesterman

    Au moment où des voix s'élèvent pour dire que la poutine, repas emblématique des Québécois, fait l'objet d'appropriation culturelle un peu partout au Canada, la critique gastronomique Lesley Chesterman tient à faire une mise au point. « C'est québécois. C'est un plat qui est omniprésent ici », tranche-t-elle. Si certains Canadiens s'approprient la poutine pour en faire un plat national non officiel, la poutine demeure avant tout un mets faisant partie du patrimoine culinaire local, ajoute-t-elle. Voir la suite »

  • Des oiseaux se mouillent dans le vase d'une statue de bronze.

    Les oiseaux, ces grands amateurs de bains de toutes sortes

    À l'instar des êtres humains, les oiseaux souffrent de la chaleur et ressentent souvent le besoin de se rafraîchir à l'occasion d'une petite baignade, explique Pierre Gingras, journaliste spécialisé en horticulture et en ornithologie. Non seulement les oiseaux raffolent des bains d'eau, mais ils prennent aussi des bains de poussière, des bains de soleil et même des bains de fourmis. Voir la suite »

  • Les différences biologiques entre hommes et femmes se constatent notamment dans l'activité neuronale.

    Comment des études sur les différences biologiques entre les sexes créent la polémique

    Si certains articles scientifiques portant sur les différences biologiques entre hommes et femmes suscitent de plus en plus la controverse auprès du public, c'est parce que les gens confondent les notions de sexe et de genre et projettent leurs conceptions des différences sexuelles sur les données qu'ils lisent, souligne Sonia Lupien, chercheuse en neurosciences. Les médias, entre autres, jouent un rôle dans cette distorsion, car ce sont eux qui communiquent le contenu des articles scientifiques au grand public. Voir la suite »

  • Le violoniste Alexandre Da Costa partage sa passion de la musique avec Stéphan Bureau.

    La musique, une affaire d'émotion pour le violoniste Alexandre Da Costa

    « Mon but premier, maintenant, n'est pas d'impressionner : c'est de communiquer une émotion », dit le violoniste Alexandre Da Costa. Après avoir donné plus de 2000 concerts et enregistré 25 albums jusqu'à maintenant, le musicien de 37 ans – qui est l'un des plus grands violonistes québécois de calibre international – dit avoir mûri et être prêt à offrir au public quelque chose de différent. Celui qui est porte-parole du Festival international Hautes-Laurentides, lequel aura lieu du 6 juillet au 6 août, dit maintenant vouloir démocratiser la musique classique pour que le grand public se l'approprie. Voir la suite »

Chargement en cours