•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Matins sans frontières

Avec Charles Lévesque

En semaine de 6 h à 9 h

S'informer et rester en contact grâce à Whatsapp

Rattrapage du mercredi 5 août 2020
Une photo d'un écran de téléphone intelligent sur lequel sont affichés les icônes de différents réseaux sociaux. Ceux d'Instagram, de WhatsApp et de Facebook sont mis en évidence au centre.

Instagram, WhatsApp et Facebook rassemblent 2,7 milliards d'utilisateurs dans le monde.

Photo : iStock

Alors que Facebook ou Twitter sont des sources d'informations de bon nombre de citoyens, certains préfèrent opter pour l'application Whatsapp. C'est notamment le cas de communautés immigrantes au pays pour qui ce système de messagerie instantanée est devenu le forum privilégié où s'informer, en particulier depuis le début de la pandémie.

La plateforme est en effet considérée par plusieurs comme un canal d'informations alimenté par plusieurs sources et comme un outil de cohésion entre membres d’une communauté.

Quand la pandémie a commencé, les gens se donnaient des informations : quoi éviter, quoi faire, quelle place où il y a plus de contamination, quelles sont les mesures à prendre pour nous garder en bon état, et garder sa famille et sa communauté comme il faut, il y avait une très grande entraide, explique Astérie Ndikumana, membre de la communauté burundaise de Windsor.

Des sujets variés touchant toutes les communautés comme le vol d’identité, la maltraitance des enfants, le manque d’emploi font aussi parti des discussions, précise-t-elle.

Selon Barthelemy Yaho, président de l’Association ivoirienne de Windsor-Essex (AIWE), certains groupes sont réservés à l'Information et d’autres à la détente.

Nous communiquons à nos membres des informations relatives à la municipalité de Windsor, à la province, au fédéral et souvent des informations relatives à notre pays d’origine la Côte d’Ivoire. Nous postons de l’humour des fois, des blagues, des sujets qui contribuent au bien-être de nos membres, constate-t-il pour sa part.

Une application qui remplace le téléphone

Si Whatsapp est devenue l'outil de socialisation par excellence pour les communautés immigrantes, c'est aussi parce qu'elle permet de réduire les coûts de communications, comme le souligne Aimé Jules Bizimana, professeur de communication à l’Université de Québec en Outaouais.

Whatsapp a remplacé les appels téléphoniques par des cartes qui coûtaient extrêmement chers pendant les années 1990 et 2000. Chaque personne devrait avoir un budget pour appeler la famille et les amis, Whatsapp a changé tout ça, explique-t-il.

Le chercheur note par ailleurs que les communautés immigrantes recourent aussi à d’autres réseaux sociaux pour s’informer.

Il y a aussi d’autres espaces de partage entre la majorité et les minorités. Les communautés minoritaires s'informent auprès des médias traditionnels comme une consommation plurielle en fonction de besoins à la fois identitaire, d'information, de divertissement et d’éducation, insiste M. Bizimana.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi