Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Charles Lévesque
Audio fil du mercredi 13 juin 2018

L’ACFO WECK change de nom

Publié le

Un groupe de sept femmes et deux hommes réunis dans une grande salle.
La communauté francophone s'est réunie pour la 49e Assemblée générale annuelle de l'ACFO WECK.   Photo : Radio-Canada / Marine Lefèvre

L'Association canadienne-française de l'Ontario se veut plus moderne et inclusive et devient l'Association des communautés francophones de l'Ontario, région de Windsor-Essex-Chatham-Kent. La nouvelle appellation a été présentée mercredi soir à la communauté lors de la 49e Assemblée générale annuelle de l'organisme.

Ce vent de changement est nécessaire pour permettre aux francophones de la région de se retrouver dans le nom de l’ACFO WECK qu’ils soient nouvellement arrivés dans la région ou qu’ils en soient originaires, explique Élisabeth Brito, présidente du conseil d’administration de l’ACFO WECK.

La région change et ces changements ont un impact sur l’ACFO WECK.

Élisabeth Brito, présidente du conseil d’administration de l’ACFO WECK

À cette transformation est associée par ailleurs une modification de la mission et de la vision de l’organisme.

La mission et la vision ont été modernisées, ça devient beaucoup plus clair et transparent. Mais ce sont toujours les mêmes engagements, c’est-à-dire renforcer la francophonie dans la région, souligne Mme Brito.

L’ACFO doit devenir le porte-parole de la communauté et renforcer les droits des francophones en Ontario.

Élisabeth Brito

Revoir ses priorités

Après avoir assaini ses finances, l’ACFO doit aussi revoir certains de ses projets. C’est notamment le cas du monument de la francophonie que l’organisme voulait ériger.

Si le président du comité-monument, Gérard Malo, s'était déclaré confiant quant à la demande de subvention faite à Patrimoine Canada l'année passée, Mme Brito a annoncé que cette demande a été refusée.

Par ailleurs, la découverte de vestiges archéologiques sur le site choisi près de l'église Assomption a rendu impossible la réalisation du projet évalué à 300 000 $, a-t-elle indiqué.

Selon Mme Brito, des discussions sont en cours pour créer un lieu de rassemblement pour les francophones sur la future esplanade qui sera aménagée à la place de l'ancien hôtel de ville de Windsor.

Chargement en cours