•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les violences postélectorales aux États-Unis vues par un spécialiste de l’Afrique

Matins sans frontières

Avec Charles Lévesque

En semaine de 6 h à 9 h

Les violences postélectorales aux États-Unis vues par un spécialiste de l’Afrique

Rattrapage du vendredi 15 janvier 2021
Des partisans de Donald Trump à l'assaut du Capitole

Des partisans de Donald Trump ont pris d'assaut le Capitole, le 6 janvier dernier

Photo : Reuters / SHANNON STAPLETON

Les violences postélectorales aux États-Unis, qui ont culminé la semaine dernière avec l'assaut du Capitole, ont suscité des comparaisons avec des dérives antidémocratiques qu'on observe souvent sur le continent africain.

Des experts préviennent que le contexte américain n'est pas du tout comparable à celui de l’Afrique, en dépit de la tentative désespérée de Donald Trump de s’accrocher au pouvoir.

Malgré les aventures de Donald Trump, malgré les menaces que son mandat a fait peser sur les États- Unis, les institutions américaines ont tenu bon. [...] C’est la force de ces institutions qui auront empêché un président américain de commettre le pire aujourd'hui, rappelle Francis Laloupo, journaliste et professeur de géopolitique à l'Institut pratique du journalisme de Paris-Dauphine en France.

Par contre, dans la plupart des pays africains, les institutions ne sont pas suffisamment ancrées dans les mœurs politiques. Francis Laloupo rappelle que des entorses à la constitution et le recours à la violence demeurent des raccourcis les plus courants pour accéder ou se maintenir au pouvoir.

En Afrique, il y a des dirigeants qui sont devenus des spécialistes des coups d'état permanents, et qui vont jusqu’au bout de leurs projets, souligne-t-il.

La démocratie à la croisée des chemins partout dans le monde

Selon M. Laloupo, ce qui s'est passé aux États-Unis pendant le mandat de Donald Trump démontre à suffisance que la démocratie est fragile partout.

Le schéma de Trump aujourd’hui qu’on peut mettre en regard de ce qui se passe dans les pays africains, montre tout simplement que la crise de la démocratie est un phénomène mondial et qu’il n’y a pas de spécificité africaines, européennes ou américaines, affirme Francis Laloupo.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi