•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Diocèse de London a accueilli moins de réfugiés en 2020

Matins sans frontières

Avec Charles Lévesque

En semaine de 6 h à 9 h

Le Diocèse de London a accueilli moins de réfugiés en 2020

Rattrapage du mardi 12 janvier 2021
Gilbert Iyamuremye regarde la caméra, il est à son bureau sur lequel on voit un écran d'ordinateur et des livres.

Gilbert Iyamuremye, directeur du bureau des réfugiés du Diocèse catholique de London

Photo : Avec l'aimable autorisation de Gilbert Iyamuremye

Selon Statistique Canada, la croissance de la population s'est pratiquement interrompue l'année dernière et, du 1er juillet au 1er octobre 2020, la population canadienne n'a augmenté que d'environ 2700 personnes.
Cette faible croissance s'explique par le fait que le Canada a accueilli beaucoup moins d'immigrants en 2020.

Un exemple de cette faible croissance : le diocèse de London, qui n'a enregistré que 115 nouveaux arrivants au cours de l'année 2020 alors qu'il en accueille chaque année en moyenne 250.

Une des organisations qui accueille le plus de réfugiés malgré la pandémie

Le diocèse de London fait partie des grandes organisations qui ont reçu le plus de réfugiés pendant l'année 2020. Mais la pandémie a ralenti le mouvement des arrivées d’une façon significative.
Nous sommes un peu en dessous de la moitié de ce que nous recevions chaque année. Les arrivées des réfugiés ont été interrompues en mars [2020] quand les frontières internationales ont été fermées, précise Gilbert Iyamuremye, directeur du bureau des réfugiés du Diocèse catholique de London.

Une période de quarantaine obligatoire

Le programme d’accueil reprend lentement depuis le mois de septembre. Il doit tenir compte rigoureusement des mesures sanitaires depuis le départ des réfugiés jusqu’à leur arrivée dans des communautés d’accueil. Un plan de quarantaine doit parvenir aux réfugiés avant qu’ils ne voyagent vers le Canada et doit être scrupuleusement respecté dès leur arrivée.
Quand ils arrivent au Canada, ils doivent être reçus d’une certaine manière à l’aéroport contrairement à ce qui se passait avant, tout le monde est au courant de comment il faut prendre des distances. Il y a des mécanismes en place de manière à ce que les réfugiés doivent avoir le transport correct de l’aéroport directement à la place de la quarantaine, explique M. Iyamuremye.

Un suivi rigoureux

Une fois les réfugiés installés dans les communautés d’accueil, le Diocèse de London multiplie ses efforts pour faire respecter les mesures sanitaires mais intervient aussi à chaque étape de leur processus d’intégration, au moins pendant toute une année.
Nous avons redoublé d’efforts de suivi. Même si on ne peut pas avoir des rencontres en personnes comme d'habitude, nous avons des dispositifs pour avoir des réunions virtuelles, pour ne pas contribuer aux problèmes liés à la pandémie, explique M. Iyamuremye. C'est ça notre responsabilité en termes d'intégration, conclut-il.
Le Diocèse de London est signataire d’une entente de parrainage de réfugiés avec le gouvernement du Canada à travers le ministère de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté du Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi