•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Matins sans frontières

Avec Charles Lévesque

En semaine de 6 h à 9 h

Le nouveau livre de Serge Bilé retrace l'histoire du blackface

Rattrapage du jeudi 29 octobre 2020
Couverture du livre La France et le Blackface de Serge Bilé

Le livre du journaliste Serge Bilé relate l'histoire du grimage en noir qui est né en France au Moyen-âge

Photo : Éditions Cercle Media

Le journaliste et écrivain Serge Bilé retrace dans son dernier livre La France et le blackface, la véritable histoire du grimage en noir, plus communément appelé blackface.

On a tendance à croire que le geste de se noircir le visage est née aux États-Unis, mais Serge Bilé nous fait remonter le temps jusqu’aux traditions romaines et grecques puis à la France du Moyen Âge où, par tradition, les gens se noircissaient le visage à différentes occasions, que ce soit lors de l’Épiphanie pour ressembler au roi mage Balthazar ou encore pour effrayer les mauvais esprits. Ces traditions existent aussi dans d’autres pays et il n’y a, à l’époque, pas de connotation raciste dans ce grimage, mais plutôt un moyen de changer de peau, nous dit Serge Bilé.

Du peuple aux rois, le grimage ne connaît pas de classe sociale

Le grimage a traversé toute la société, du peuple aux princes, aux rois et même Richard Coeur de Lion utilisera le grimage en noir pour voyager incognito lors de sa fuite après le naufrage de son navire dans le golfe de Venise. Le roi François 1er tentera également de se grimer en noir afin de se faire passer pour un esclave et s’évader de la prison de Madrid après la défaite de Pavie, un subterfuge qui échouera, car son valet le trahira. Ce sera une des dernières anecdotes où le grimage ne portera pas de connotation raciste.

Des bals de sauvages aux minstrels shows, le grimage change de registre

Autour de la Renaissance, les sociétés vont considérer certains comme dessauvages. Le grimage en noir va devenir alors un moyen d’imiter, de se moquer et de diminuer l’autre.
C’est dans les années 1830 que se fera le lien entre les vaudevilles français et les minstrels shows américains avec notamment les spectacles en France du comédien Thomas Rice, un acteur blanc qui, grimé en noir, se moque de l’allure, de la gestuelle et du langage des Noirs.

Comprendre l’offense demande de la pédagogie

À notre époque, les épisodes de grimage en noir sont très offensants et suscitent des réactions virulentes. Comment comprendre qu’une pratique d’hier peut-être totalement déplacée aujourd’hui ? Par la pédagogie nous dit Serge Bilé qui pense que certaines excuses peuvent être sincères et qu’il faut avant tout appréhender la dimension historique raciste du geste. C’est la raison d'être de ce livre La France et le blackface.

Le journaliste et auteur Serge Bilé

Le journaliste et auteur Serge Bilé

Photo : Conrad Vitasse

On est dans un monde aujourd'hui où il n’y a plus de nuances, où tout est devenu compliqué. [...] Il faut expliquer, je suis pour la pédagogie, et peut-être que, comme je suis pour la pédagogie, je suis peut-être plus tolérant que la moyenne. Peut-être que j’ai tort mais je crois beaucoup à la question de la pédagogie. Après, naturellement, une fois que l’on fait de la pédagogie et que les gens récidivent, ça devient différent.

Serge Bilé, auteur du livre La France et le blackface

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi