•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Matins sans frontières

Avec Charles Lévesque

En semaine de 6 h à 9 h

Rencontre avec la nouvelle secrétaire générale d'Amnistie internationale Canada : Ketty Nivyabandi

Rattrapage du vendredi 16 octobre 2020
Portrait d'une femme. Sa main est sous son menton. Elle porte un collier sur une chemise

Ketty Nivyabandi est la nouvelle secrétaire générale de la section anglais d’Amnistie International Canada

Photo : Soumis par Ketty Nivyabandi

La section anglaise d'Amnestie internationale Canada a engagé Ketty Nivyabandi au poste de secrétaire générale en septembre dernier. D'origine burundaise, c'est la première femme noire à diriger l'organisme.

Journaliste de formation et passionnée des droits de l’homme, Mme Nivyabandi est arrivée au Canada en 2015 comme réfugiée après avoir fui le Burundi en crise.

Son engagement et son expérience en matière de droits humains l’ont amenée à travailler dans plusieurs organismes internationaux avant sa nomination.

J’ai beaucoup travaillé sur la situation des femmes en zones de conflit dans plusieurs pays comme le Yémen, le Myanmar et le Bangladesh, le Sud du Soudan ou la Syrie. C’est ce parcours qui m’a amenée vers les droits humains et vers Amnistie aujourd’hui, explique Mme Nivyabandi.

D'avoir défendu les droits humains, d'avoir connu l'impact de ces actes-là. De savoir ce que c'est que de risquer sa vie pour exprimer ses opinions ou défendre les droits des autres. Ça, c'est quelque chose que j'ai vécu et qui vont informer les décisions que je vais prendre.

Ketty Nivyabandi, secrétaire générale d’Amnistie International Canada

Aider les plus fragiles

C'est le respect des droits des communautés les plus marginalisées au Canada et ailleurs qui la préoccupe tout particulièrement, notamment les droits des Premières Nations, des femmes, des minorités visibles ou religieuses.

Comment faisons-nous en sorte que leurs droits soient respectés. C'est une grande priorité ainsi que le racisme systémique qui existe dans ce pays. Mais aussi faire en sorte que dans cette pandémie dans laquelle nous sommes, ces populations ne soient pas davantage vulnérabilisées, explique-t-elle.

Mme Nivyabandi note par ailleurs que partout sur la planète il y a une plus grande résistance de la part des gouvernements pour reconnaître les principes internationaux de droits humains et que le recours à la brutalité policière est aujourd'hui en hausse partout.

Elle trouve toutefois encourageant la mobilisation mondiale pour les droits de chacun, notamment celle des jeunes.

Contre le racisme, contre l'extrémisme, il y a des solidarités extraordinaires, souligne-t-elle.

Ketty Nivyabandi succède à Alex Neve, qui a démissionné après plus de 20 ans au service d'Amnestie internationale Canada.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi