•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Matins sans frontières

Avec Charles Lévesque

En semaine de 6 h à 9 h

L'involution des tissus mammaires et l'incidence sur le cancer du sein

Rattrapage du mercredi 23 septembre 2020
Un technicien de laboratoire injecte un liquide dans une plaque de microtitration.

Isabelle Hinch veut lutter contre la désinformation scientifique.

Photo : Getty Images / nicolas

C'est la semaine de la culture scientifique, un événement qui a pour but de mettre en valeur la science canadienne ainsi que la culture dans laquelle elle s'inscrit. Isabelle Hinch, une étudiante à la maîtrise en sciences biomédicales à l'Université de Windsor se penche sur l'involution des tissus mammaires, c'est-à-dire la modification régressive du tissu, et l'effet sur le cancer du sein pour les jeunes mamans. Elle a présenté son champ de recherche au micro de Charles Lévesque.

Elle explique que les mères qui allaitent sont trois fois plus à risque d’attraper un cancer du sein, et ses cas ont de plus hauts taux de mortalité.

C’est un cancer beaucoup plus agressif et personne ne sait pourquoi, affirme-t-elle.

Elle note que ça fait seulement cinq ans que les scientifiques ont saisi que la phase post-accouchement est une période à plus haut risque pour les femmes.

Ses recherches, qui visent à démystifier ce cancer, sont encadrées par le laboratoire Porter de l’Université de Windsor. Elle est aussi accompagnée d’une équipe de scientifiques qui étudie la biologie des cellules cancérogène.

La désinformation scientifique : un véritable problème

Isabelle Hinch souligne que la désinformation est rendue très alarmante, surtout en temps de pandémie. Elle blâme sa propre communauté, qui, selon elle, peut agir de manière élitiste, ce qui crée une certaine méfiance de la part du public général.

Comme scientifique [...] c’est notre responsabilité de communiquer avec le public, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi