•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les naissances prématurées en forte baisse depuis le début de la pandémie

Matins sans frontières

Avec Charles Lévesque

En semaine de 6 h à 9 h

Les naissances prématurées en forte baisse depuis le début de la pandémie

Rattrapage du jeudi 30 juillet 2020
Les deux pieds d'un bébé branchés à des appareils médicaux

Un bébé qui vient de naître à l'hôpital

Photo : iStock

Des médecins et des néonatologistes ont constaté une diminution du nombre de naissances prématurées. Certains se demandent maintenant si cette diminution est liée aux effets de la pandémie. Selon la docteure Brigitte Lemyre, néonatologiste à l'Hôpital d'Ottawa et professeure à l'Université d'Ottawa, il est encore trop tôt pour tirer des conclusions.

Il faudra plus de recherche et de collaboration de la part de la communauté médicale avant d’arriver à des conclusions, note-t-elle.

Les hypothèses avancées sont la diminution du stress et des déplacements ainsi que celle des expositions à d’autres virus susceptibles de causer des complications avec la grossesse.

C’est peu probable que ça soit un [seul] facteur, mais c’est probablement une série de facteurs interreliés.

La Dre Brigitte Lemyre, néonatologiste à l'Hôpital d'Ottawa et professeure à l'Université d'Ottawa

Pour sa part, la Dre Lemyre a constaté une baisse de 30 % de naissances de très grands prématurés, soit des bébés nés avant 28 semaines, dans son hôpital.

Elle souligne que cela fait des années que les médecins tentent de comprendre les facteurs qui causent les naissances prématurées et elle espère que la pandémie générera une collaboration internationale qui servira à mieux comprendre le phénomène.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi