•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Matins sans frontières

Avec Charles Lévesque

En semaine de 6 h à 9 h

Le rêve américain à la portée d'un couple de restaurateurs du Burundi

Rattrapage du mercredi 29 juillet 2020
Un couple cuisine dans un espace qui semble assez grand. Ils s'affairent devant des casseroles et une plaque de cuisson.

Amsi et Nadia Mamba travaillent depuis années à la création de leur restaurant le Baobab Fare

Photo : Ali Lapetina

Un couple d'origine burundaise s'engage dans la communauté de Détroit avant de pouvoir ouvrir le restaurant auquel ils rêvent depuis plusieurs années.

Forts de plusieurs prix gagnés lors de concours pour la création d'entreprises et d'un important prêt, Amsi et Nadia Mamba devaient ouvrir les portes de leur restaurant en mai dernier. Mais c'était sans compter sur la pandémie de COVID-19.

Ça n’a pas été facile pour nous parce qu’on disait qu’on va réaliser notre projet après la COVID, il n’y avait pas mal de questions, explique Amisi Mamba.

Mais loin de se décourager, le couple a préféré s'investir dans des activités communautaires. Ils ont par exemple proposé des repas au personnel de certains hôpitaux de la ville et en retour, ils ont reçu beaucoup d'amour et de soutien.

On a servi plus de 400 plats pendant la COVID. On a commencé gratuitement et puis les gens nous ont envoyé des chèques, des virements en guise de remerciement, affirme M. Mamba.

Le Baobab Fare, du nom d’un arbre d'Afrique tropicale à tronc énorme, doit maintenant ouvrir ses portes au mois d'octobre. Entre-temps, M. Mamba explique qu'il existe beaucoup de programmes à Détroit pour aider les entrepreneurs à payer leurs dépenses, notamment leur loyer, crédit et assurance.

C’est un soulagement, on n’a pas de charges maintenant, en attendant qu’on ouvre, dit-il.

Cet épisode qui les a encouragés à prendre plus de place dans leur communauté a aussi renforcé leur conviction de l'importance de croire en leur rêve.

Mon but est d’aller le plus loin possible. Il faut rêver plus grand comme disent les Américains. C’est ça ma philosophie, je vais aller plus loin, confesse Amisi Mamba.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi