•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des avenues pour mettre fin aux violences policières

Matins sans frontières

Avec Charles Lévesque

En semaine de 6 h à 9 h

Des avenues pour mettre fin aux violences policières

Rattrapage du jeudi 4 juin 2020
Kiké Roach, professeure à l'Université Ryerson dans son bureau

Kiké Roach, professeure au département de science politique de l'Université Ryerson

Photo : Francine Ravel - Radio-Canada

Cette semaine, des manifestations antiracistes ont eu lieu dans plusieurs villes Canadiennes. Les manifestants réclamaient de la justice pour des Noirs tués aux mains des policiers, non seulement aux États-Unis, mais aussi au Canada. Selon Kiké Roach, avocate et professeure de Science politique à l'Université Ryerson, il faudra des changements structurels pour régler ce problème.

Kiké Roach connaît bien les cas de violence policière dans les communautés afro-canadiennes.

On a eu plusieurs enquêtes, pendant des décennies, et il y a eu beaucoup de recommandations qui ont été énoncées suite à ces enquêtes, et on ne voit pas de changement.

Ce n’est pas la première fois que les Canadiens prennent la rue pour protester la brutalité policière. Par contre, elle note que le nombre de participants non racisés a largement augmenté.

Maintenant, ils comprennent que c'est un système dangereux, et ça ne va pas arrêter tant que tout le monde prend action.

Malgré les temps difficiles, elle croit que ce mouvement pourrait apporter des changements au sein des forces policières canadiennes. On ne peut plus compter sur la police pour gérer des crises de santé mentale, explique-t-elle.

Elle espère voir plus d’intervenants sociaux et d’infirmières pour gérer les problèmes et protéger les plus vulnérables.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi