•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Matins sans frontières

Avec Charles Lévesque

En semaine de 6 h à 9 h

Les gouvernements se montrent prudents dans le dossier des blocages des voies ferrées au pays

Rattrapage du vendredi 14 février 2020
Un camion équipé d'une déneigeuse et d'autres véhicules stationnent devant une voie de chemin de fer. Plusieurs manifestants se trouvent sur le lieu.

Des membres de la Première Nation mohawk de la réserve de Tyendinaga bloquent les voies ferrées du CN à Tyendinaga en soutien aux Wet'suwet'en, qui luttent contre la construction d'un gazoduc dans le nord de la Colombie-Britannique.

Photo : La Presse canadienne / Lars Hagberg

L'escalade des moyens de pression entre les autorités et certaines Nations autochtones au pays ne surprend pas Jean-François Savard, professeur à l'École nationale de l'administration publique (ÉNAP) et spécialiste des enjeux autochtones.

Parce que souvent les coups d’éclat, c’est la seule façon qu’ont les Nations autochtones pour se faire entendre, à la fois par les autorités et [...] par les médias.

Jean-François Savard,professeur à l'École nationale de l'administration publique

Il juge cependant que la réaction des différents ordres de gouvernement est prudente.

Les gouvernements prennent le temps d’essayer de négocier et de discuter avec les communautés qui font des blocages plutôt que de simplement donner l'assaut comme à Oka ou Ipperwash.

Jean-François Savard,professeur à l'École nationale de l'administration publique

Jean-François Savard estime que le gouvernement fédéral se trouve dans une situation délicate à cause de son statut minoritaire à la Chambre des communes.

La dernière chose qu’on veut, c’est des événements qui peuvent entacher la réputation du gouvernement libéral, ou nuire dans une éventuelle élection.

Jean-François Savard,professeur à l'École de l'administration publique et spécialiste des questions autochtones

Il ne croit pas malgré tout que la situation peut empirer. Je dirais perdurer, précise-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi