•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des denrées pour payer des pénalités de retard à la bibliothèque

Matins sans frontières

Avec Charles Lévesque

En semaine de 6 h à 9 h

Des denrées pour payer des pénalités de retard à la bibliothèque

Rattrapage du mercredi 27 novembre 2019
Deux boites de conserves et deux livres sur une armoire.

Une bibliothèque de Chatham-Kent propose à ses utilisateurs de payer leurs pénalités de retard avec des denrées non périssables.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

La bibliothèque de Chatham-Kent offre de pardonner les lecteurs qui ont reçu des amendes pour avoir rendu en retard des livres ou DVD en leur proposant de faire un don pour les banques alimentaires. Lucie Lavigne, bibliothécaire à la succursale de Blenheim-Merlin, explique comment est née cette initiative.

Comme dans toutes les bibliothèques du monde, il est fréquent que les usagers rendent en retard leurs emprunts. Ils doivent alors payer une amende pour retrouver leurs droits.

Dans Chatham-Kent, les amendes peuvent monter à 10 ou 15 $, parfois plus, mais c'est rare, explique Lucie Lavigne.

Selon elle, l'argent récupéré grâce à ces pénalités est très important pour la bibliothèque, mais Mme Lavigne sait aussi que certains lecteurs n'ont pas les moyens de les payer.

On essaie périodiquement de les aider à diminuer les amendes. Mais cette année, pour la saison de Noël, on a pensé d’éliminer les amendes complètement.

La bibliothèque a ainsi décidé de proposer aux contrevenants de s'acquitter de leurs dettes en faisant des dons.

Chaque denrée équivaut à cinq dollars d'amendes, jusqu'à un maximum de 50 $, explique-t-elle.

Et cette campagne de pardon fonctionne très bien : Tout le monde est bien enthousiasmé. Les gens nous appellent pour demander le montant de leurs amendes et profiter de cette occasion pour pouvoir remettre leur compte à jour.

Pour plusieurs, il s'agit d'une manière de redonner à la communauté. C’est pour dire : "On a fait notre part".

Les responsables de la bibliothèque espèrent aussi que cette initiative permettra à des usagers qui ont perdu leur droit d'emprunt de lire à nouveau.

Les dons reçus à chacune des 11 succursales de la bibliothèque iront à la banque alimentaire de ces communautés.

La campagne est en cours jusqu'au samedi 30 novembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi