Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Charles Lévesque
Audio fil du mardi 8 octobre 2019

Une francophone du Sud-Ouest honorée lors du congrès annuel de l'ACELF

Publié le

Une femme souriante aux cheveux courts portant un veston avec un collier et boucles d'oreilles longues
Carole Papineau, récipiendaire du prix Passeur culturel 2019 de l'Association canadienne d'éducation de langue française   Photo : Mike Kovaliv

Carole Papineau de Woodslee a reçu le prix du Passeur culturel 2019 à Ottawa en fin de semaine.

Depuis 2017, le prix Passeur culturel reconnaît le dévouement d'intervenants et intervenantes en éducation qui transmettent aux jeunes leur passion pour leur culture et leur engagement pour la francophonie.

Ancienne animatrice culturelle et agente de liaison communautaire au Conseil scolaire catholique Providence, Carole Papineau remplit bien ces critères et est très émue d'avoir été choisie pour ce prix.

C'est vraiment un honneur là. J'ai pris ça avec beaucoup d'humilité parce que j'ai toujours travaillé, je ne l'ai jamais fait pour être reconnue. Je l'ai toujours fait parce que c'est quelque chose que j'aime faire. C'est par amour pour ma langue et ma culture que je l'ai toujours fait et puis pouvoir offrir aux jeunes des choses qu'on peut faire pour eux autres puis leur donner le réveil culturel c'est important.

Pour la première fois, l'ACELF a choisi de remettre le prix Passeur culturel à deux intervenants. Félix Saint-Denis, notamment connu comme coauteur et directeur artistique de l'Écho d'un peuple, a ainsi été également honoré.

Pour moi là d'être choisie au même niveau que Félix Saint-Denis, c'était vraiment un honneur souligne Carole Papineau.

Même si elle a pris sa retraite cet été, cette francophone convaincue planifie de continuer à oeuvrer au sein de la communauté francophone du Sud-Ouest.

Faut se battre à tous les jours, mais faut pas dire qu'on se bat. Faut dire qu'on essaye d'améliorer les choses, faut arrêter de dire qu'on se bat même si c'est ça qu'on fait. Je vais toujours continuer d'être là pour la communauté francophone, souligne celle qui est devenue un véritable modèle pour les francophones du Sud-Ouest.

Chargement en cours