Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Charles Lévesque
Audio fil du mardi 2 juillet 2019

Un passage faunique pour le pont Gordie-Howe

Publié le

Un homme assis dans une chaise noir et habillé d'une chemise grise en train de sourir.
Jonathan Choquette, biologiste en charge du Programme de rétablissement des reptiles d'Ojibway Prairie chez Préservation de la faune au Canada.   Photo : Radio-Canada / Lisette Leboeuf

Un passage pour permettre aux mammifères et aux reptiles de contourner l'autoroute transcanadienne 401 menant au pont Gordie-Howe sera construit à Windsor afin de limiter l'impact de la construction sur les écosystèmes environnants. Une bonne nouvelle selon le biologiste à Conservation de la faune au Canada Jonathan Choquette.

Le gouvernement fédéral financera en partie la construction d’un passage faunique, mais c’est à la ville de Windsor que reviendra la responsabilité de trouver le financement manquant et de le construire.

La municipalité devra aussi commander des études environnementales pour savoir quelles espèces elle veut protéger, et ainsi déterminer si elle doit construire un tunnel ou un pont.

Je pense qu’avec un pont, on pourrait viser toutes les espèces sauvages, les mammifères jusqu’aux reptiles, explique M. Choquette qui a participé à une audience publique à ce sujet la semaine dernière.

Selon lui, pour que l’impact de la construction du pont soit moindre, il faudrait que la ville bâtisse plusieurs petits passages fauniques près du parc Ojibway.

Un pont.
Ce pont qui reliera le Canada aux États-Unis sera nommé en l'honneur du joueur de hockey canadien des Red Wings de Detroit, Gordie Howe.   Photo : Bridging North America et l'Autorité du pont Windsor-Détroit (APWD)

La mortalité sur les routes

Les reptiles sont les animaux les plus menacés par une hausse de la circulation routière.

Une étude menée près du parc Ojibway a révélé que 1243 serpents ont été écrasés, dont 263 individus d’espèces menacées entre 2013 et 2018, selon le biologiste spécialiste des reptiles au parc Ojibway.

Jonathan Choquette est convaincu que les gouvernements rempliront leur engagement de protection de la faune locale.

Chargement en cours