Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Charles Lévesque
Audio fil du jeudi 13 juin 2019

Le CCF WEK en excellente santé financière

Publié le

Façade d'un édifice. Les logos de plusieurs organismes sont affichés
Le Centre communautaire francophone de Windsor-Essex-Kent et plusieurs autres organismes francophones ont élu domicile sur le chemin Walker à Windsor.   Photo : Radio-Canada / Marine Lefevre

Le Centre communautaire francophone de Windsor-Essex-Kent (CCF WEK) a présenté mercredi soir à son assemblée générale annuelle des états financiers positifs pour une deuxième année consécutive.

Pour l'exercice financier se terminant le 31 mars 2019, l’organisme affichait un excédent de 97 817 $, une dette nulle et même des réserves monétaires.

C’est la première fois dans l’histoire du centre communautaire que nous sommes dans cette position.

Didier Marotte, directeur général du CCF WEK

La bonne santé financière de l’organisme serait liée à un loyer plus abordable, mais surtout à l’abandon d’opérations commerciales pour concentrer ses activités sur le communautaire.

Didier Marotte
Didier Marotte Photo : Radio-Canada/Carolle-Anne Levasseur-Tremblay

Plus de concertation entre organismes

Nouveauté cette année : l’AGA du CCF WEK s’est déroulée juste après celle de l’Association des communautés francophones de l’Ontario de Windsor-Essex-Chatham-Kent (ACFO-WECK).

Selon Didier Marotte, les deux organismes voulaient savoir si ce format allait pouvoir engendrer une hausse de la participation. Il croit qu’avec la présence de plus de 60 membres aux deux AGA l’initiative a plu aux gens.

Questionné au sujet d’un éventuel rapprochement entre les deux organisations communautaires, Didier Marotte mentionne une volonté de collaboration sans toutefois admettre la possibilité d’une fusion.

Je n’irais pas jusque là en ce moment, mais pourquoi pas?, dit-il en précisant que la décision est avant du ressort des conseils d’administration, et que c’est à eux d’en débattre.

Chargement en cours