•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

C'est un départ pour le Défi kayak Desgagnés

La matinale d’été

Avec Maxime Coutié

C'est un départ pour le Défi kayak Desgagnés

Audio fil du jeudi 15 août 2019
Des participants au Défi kayak 2017 en pleine action

Les participants du Défi kayak Desgagnés Jeunes musiciens du monde ont pris le départ de Montréal jeudi. (Photo de l'édition 2017 du Défi)

Photo : Facebook/Défi kayak

Le jour J est arrivé pour les quelque 150 kayakistes qui prennent part au Défi kayak Desgagné. Au départ du parc Bellerive à Montréal, ils entreprennent un parcours de 250 km sur le Saint-Laurent à destination de Québec. L'objectif : amasser des fonds pour l'organisme Jeunes musiciens du monde. Mathieu Fortier, le coprésident et fondateur du défi, nous en parle.

L’ambiance est animée ce matin au parc Bellerive. Les kayakistes ont rangé leurs tentes et s’échauffent au son des tambours d'Anichinabés de Val-d’Or venus pour l’occasion.

« Le but de tout ça, c’est d’accompagner des jeunes [venant] de milieux où il y a une pauvreté dans l'offre culturelle et de les amener à vivre des succès et leur donner le goût de la réussite, leur permettant de se projeter dans l’avenir de façon positive », explique-t-il.

Actif entre autres à Montréal, à Val-d’Or, à Sherbrooke, à Québec et à Laval, mais aussi en Inde, l'organisme a déjà dépassé son objectif de 250 000 $ pour poursuivre ses activités auprès de 2000 jeunes.

Une campagne de financement différente

Si, au départ, l’organisme recueillait son financement en organisant des soupers-spaghettis et des spectacles-bénéfices, depuis cinq ans, Jeunes musiciens du monde a fait un virage à 180 degrés.

« On voulait créer un événement phare qui allait nous permettre de récolter des fonds. Et tout ça est né de ma passion pour le Saint-Laurent. [...] Je le note, c’est quand même la plus grande randonnée en kayak au monde qu’on entreprend », indique Mathieu Fortier.

Cette aventure n’est toutefois pas une mince affaire. Les kayakistes doivent composer ce matin avec une température très fraîche. Sinon, ce sont les grandes chaleurs qui les guettent.

Mais c’est au lac Saint-Pierre que le défi sera plus grand pour les kayakistes :

« C’est une grande masse d’eau entre Sorel et Trois-Rivières qui mesure à peu près 40 km de long par environ 25 km de large. On voit le pont Laviolette qui relie Trois-Rivières à la rive sud, et je peux te dire qu’il ne grossit pas vite. Il n’y a pas beaucoup de courant. Les kayakistes doivent travailler très fort pour atteindre l’autre côté. »

Heureusement, les braves qui auront relevé le défi seront accueillis par une horde de musiciens à Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi