•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De la pollution en quantité astronomique dans l’espace

La matinale d’été

Avec Maxime Coutié

De la pollution en quantité astronomique dans l’espace

Audio fil du vendredi 9 août 2019
Photomontage montrant la Terre entourée de millions de débris spatiaux

Des débris en orbite dans l'espace.

Photo : ESA (Agence spatiale européenne)

Il n'y a pas que sur la Terre qu'un problème de pollution persiste. Les débris sont de plus en plus nombreux en orbite autour de notre planète. À court de solutions pour nettoyer le cosmos, la Défense nationale et les Forces armées canadiennes ont lancé un appel aux scientifiques et aux ingénieurs.

Morceaux de fusée, pièces de protection pour les satellites, boulons et écrous détachés, outils relâchés ou perdus dans l’espace et flocons de peinture écaillée, voici un échantillon des objets qui polluent l’espace en ce moment.

« Le problème, c’est que tous ces objets tournent autour de la Terre, dans un environnement sans friction, sans air. Donc, ils voyagent à grande vitesse, soit à environ 30 000 km/h. Même si c’est un petit flocon de peinture, à cette vitesse, c’est comme une balle de fusil qui peut perforer le blindage d’un satellite ou endommager des équipements sur la Station spatiale internationale », explique Robert Lamontagne, astrophysicien à l'Université de Montréal et coordonnateur du Centre de recherche en astrophysique du Québec.

Ces débris s’accumulent depuis une soixantaine d’années dans l’espace.

Les débris dans l’espace en chiffres

  • Dizaine de milliers d’objets de 10 cm et plus
  • Centaine de millions d’objets de 1 cm et moins

« On est capables de suivre à la trace les très gros débris, mais les petits, on n'a aucune idée où ils se promènent », souligne-t-il.

Il y a un problème de sécurité nationale.

Robert Lamontagne

Solutions écologiques

Selon l'astrophysicien, une prise de conscience est entamée depuis une dizaine d’années. Plusieurs se penchent sur diverses solutions : « On tente de réduire ce niveau de pollution en envoyant des équipements qui, à terme, vont retomber sur la Terre et brûler dans l’atmosphère. Ou encore en récupérant des fusées de lancement. On peut le voir avec SpaceX d’Elon Musk, qui lance des fusées qui, lorsqu’elles reviennent au sol, peuvent être utilisées », souligne-t-il.

Si ces solutions sont des pistes intéressantes, elles restent insuffisantes pour éradiquer le problème. C’est pourquoi la Défense nationale et les Forces armées canadiennes lancent un appel aux ingénieurs et aux scientifiques afin d’expérimenter de nouvelles avenues pour diminuer la pollution dans l’espace.

« Il n’y aura pas qu’une seule solution pour nettoyer l’espace. Ça va probablement être un bouquet de solutions parce qu’on a affaire à une variété d’objets, de tailles différentes et situés à différentes distances par rapport à la Terre », dit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi