Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Maxime Coutié
Audio fil du lundi 22 juillet 2019

La SQ change d’offensive pour combattre les trolls

Publié le

Un internaute se cache derrière son écran pour écrire des propos disgracieux à l'ère des réseaux sociaux.
Certains internautes ont perdu leur capacité de confronter leurs opinions et d’argumenter convenablement à l’ère des réseaux sociaux et ils en viennent rapidement aux attaques personnelles.   Photo : Getty Images / RichVintage

Les gestionnaires de communauté de la Sûreté du Québec (SQ) ont reçu le mot d'ordre d'adopter une offensive différente sur les réseaux sociaux en répondant aux critiques. Vendredi dernier, l'un d'entre eux a attiré l'attention en optant pour des mots tels que « cabochons » et « morons » pour décrire des automobilistes déraisonnables. Guy Lapointe, directeur des communications de la SQ, explique cette démarche.

Dans l’objectif d’obtenir une meilleure portée pour ses messages de prévention, la SQ a décidé de répondre différemment aux internautes.

« Nous nous sommes inspirés un peu de ce qui se fait ailleurs [...]. [Nous avons choisi] d’avoir recours à l’humour – certains diront parfois un peu corrosif –, d’avoir recours à l’autodérision, au sarcasme », explique Guy Lapointe.

Ce changement de ton est appliqué depuis maintenant un mois au sein de la SQ, mais jusqu’ici, les réponses fournies aux trolls et aux internautes qui ridiculisent les comportements délinquants sont passées sous le radar. Or, vendredi dernier, les projecteurs se sont tournés vers l’un des gestionnaires de communauté dont les interactions ont soulevé la critique.

Une réponse de la Sûreté sur Québec à un internaute se plaignant sur le réseau social Facebook.
La Sûreté du Québec change d'offensive sur les réseaux sociaux. Photo : Radio-Canada

« Il est allé un peu trop loin en utilisant certains qualificatifs qu’on ne souhaite pas utiliser », admet Guy Lapointe.

Le directeur des communications de la SQ demeure toutefois convaincu de l’efficacité de cette façon de faire : « On a un accueil très favorable à cette approche. [...] Les messages sont plus lus et plus partagés », précise-t-il.

Pour lui, la mission est accomplie.

Chargement en cours