Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Maxime Coutié
Audio fil du mercredi 10 juillet 2019

Des traitements d'orthodontie vendus en ligne inquiètent les dentistes

Publié le

Des traitements d'orthodontie à faire soi-même, les risques : Le point

Des compagnies vous offrent de suivre des traitements d'orthodontie par gouttières pour une fraction du prix sans jamais avoir à rencontrer un spécialiste. C'est le cas de la compagnie américaine Smile Direct Club, qui inquiète l'Ordre des dentistes du Québec. Leur président, le Dr Barry Dolman, réagit.

Le processus est simple. Vous vous rendez en ligne, vous prenez vous-même vos empreintes dentaires, et on vous fait parvenir par la poste une trousse de traitement par gouttières semblables au traitement Invisalign, le tout sans jamais rencontrer un spécialiste et à un prix 60 % moins cher que celui d’un traitement chez le dentiste. C’est la promesse de la compagnie Smile Direct Club.

« C’est une nouvelle approche qui vient des États-Unis. La façon de bouger les dents, la technologie, n’est pas nouvelle et ce n’est pas là le problème. Ce sont les risques importants de faire bouger les dents sans un examen complet, des radiographies, des photos et des modèles pour s’assurer qu’il n’y a pas de caries, de problèmes à la gencive, et, surtout, sans la supervision d’un professionnel [qui posent problème] », explique-t-il.

Le président de l'Ordre des dentistes du Québec rappelle que de prendre une empreinte de la bouche est un acte réservé aux dentistes, selon la loi sur les dentistes. Même chose pour un traitement qui relève d’un diagnostic. Seuls les dentistes peuvent le faire.

« On est en train de voir de quelle façon on peut réglementer le tout », indique-t-il.

« Il y a certainement un risque de commencer ce genre de traitement sans le diagnostic d’un dentiste et sans supervision », affirme-t-il.

Chargement en cours