Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Maxime Coutié
Audio fil du mardi 9 juillet 2019

Moisson Montréal rappelle que la faim ne prend pas de vacances

Publié le

Un homme emballe des boîtes de nourriture placées sur une palette, dans un entrepôt.
Moisson Montréal affirme que son programme de récupération d'aliments invendus a atteint un sommet, l'an dernier.   Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Amasser 75 000 $, c'est l'objectif de Moisson Montréal, qui lance aujourd'hui sa campagne « La faim des vacances ». Le directeur de Moisson Montréal, Richard Daneau, explique cette initiative.

Le Club des petits déjeuners, les berlingots de lait, les collations et dîners gratuits ou hautement subventionnés : ce sont tous des programmes offerts durant l’année scolaire aux enfants. Richard Daneau rappelle toutefois que, l’été, cette aide alimentaire est levée, ajoutant une charge financière aux familles moins nanties.

« Ces familles-là se retrouvent dans le réseau d’entraide communautaire et mettent de la pression sur la demande de denrées », explique-t-il.

« Ces programmes, pendant l’année scolaire, c’est fantastique, croit-il. [...] Mais il faut penser à des programmes qui roulent 12 mois par année. Parce que la faim, ça ne prend pas de vacances. »

Selon les dernières données de Recyc-Québec, de 30 à 50 % de la nourriture est perdue entre le champ et l’assiette. C’est ce pourcentage que tente de récupérer Moisson Montréal pour redistribuer aux personnes dans le besoin.

L’an dernier, l’organisme est parvenu à récupérer quelque 15 millions de kilogrammes de nourriture.

Chargement en cours