Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Maxime Coutié
Audio fil du mercredi 26 juin 2019

Des populations d'oiseaux déclinent radicalement

Publié le

Un martinet ramoneur en vol dans l'obscurité.
Un martinet ramoneur.   Photo : La Presse canadienne / Jim McCulloch

Un nouveau rapport publié cette semaine par Environnement et Changement climatique Canada dresse un portrait accablant de l'état de la population des oiseaux au pays. Ted Cheskey, directeur naturaliste à Nature Canada, discute du rôle des changements climatiques sur certaines espèces.

« Les oiseaux sont un indicateur de la santé de notre monde. Le fait que beaucoup de populations soient en diminution extrême, c’est signe qu’il y a de grands problèmes dans la nature », indique Ted Cheskey.

Si le déclin se fait sentir parmi beaucoup d’espèces, certaines sont encore plus à risque. C’est le cas des oiseaux insectivores aériens, des oiseaux de rivage et des oiseaux de prairie, qui ont perdu entre 40 et 60 % de leurs effectifs depuis les années 70. Certaines espèces ont même chuté jusqu’à 95 % au cours du dernier siècle.

La décroissance est visible : les oiseaux sont de moins en moins présents dans le paysage.

« Normalement, en plein mois de juin, j’entends plein d’oiseaux où je suis à Gatineau, mentionne Ted Cheskey. Ce matin, je n’entends rien. Ça fait peur. »

Et c’est toute la chaîne alimentaire qui est touchée. « Dans le monde agricole, il y a des espèces qui peuvent enlever jusqu’à 98 % d’insectes nuisibles. Les oiseaux jouent un rôle incroyable et très important », indique-t-il.

Les oiseaux de proie font toutefois exception. Certaines espèces connaissent une augmentation de près de 100 % depuis les 50 dernières années. L’exemple du faucon pèlerin, dont la survie était menacée il y a quelques décennies, est un exemple à suivre. L’espèce a réussi à croître, ce qui prouve qu’il est possible d’agir sur les populations en déclin.

« On fait face à une énorme crise écologique dans le monde. C’est le moment d’agir, maintenant. Ce n’est pas que pour les oiseaux. C’est aussi pour nous et nos enfants. Il faut qu’on redouble d'efforts pour protéger la nature. Ce sont les oiseaux qui indiquent s’il y a un problème. Il y en a un », affirme-t-il.

Chargement en cours