Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Maxime Coutié
Audio fil du lundi 24 juin 2019

La « hiérarchill » selon Jérôme 50

Publié le

Jérôme 50 au micro de Catherine Perrin.
Jérôme 50   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

À peine dans la mi-vingtaine, Jérôme 50 fait partie des jeunes artistes de Québec qui ont réussi à se tailler une place sur scène pour la Saint-Jean-Baptiste. Il discute avec Maxime Coutié de ses ambitions et de sa vision de la fête nationale.

Jérôme 50 a fait ses débuts musicaux en jouant dans la rue à Québec, sa ville natale. Après huit ans comme homme-orchestre, il n’a pas renouvelé son permis cette année. Une nouvelle étape de sa vie s’est amorcée. Il monte sur les plus grandes scènes du Québec. Hier soir, c’était à Sherbrooke pour les festivités entourant la Saint-Jean-Baptiste.

« Le rêve du Québec libre est dans une drôle de situation pour des jeunes comme nous. Je suis né en 1994. Je n’ai pas de souvenirs du référendum. Ça fait qu’on le vit peut-être d’un œil extérieur. Il y a une fierté nationale, mais là, on fait partie du Canada. Mon but dans la vie, avec ma musique, c’est de contribuer à l’émancipation du Québec. Les jeunes [ne s'y retrouvent pas nécessairement dans ce discours], donc on suit la vibe », souligne-t-il.

C’est un peu la philosophie derrière l’album qu’il a lancé l’an dernier : La hiérarchill. Ce mot se veut, pour l’artiste, un contre-mouvement basé sur la tendance chez les Occidentaux à bouger de moins en moins comme société. Pour lui, les « chilleurs », des avant-gardistes, refusent le système en place pour adopter une philosophie « contre-méritocratique ».

« Moins tu vas fournir d’efforts, plus tu vas être cool », explique-t-il.

L’artiste est convaincu que ces « chilleurs » qui troquent le travail pour le plaisir vont modifier nos mœurs.

« On passe notre jeunesse à l’école, et on ne tripe pas. Moi, je rêve d’un monde où les jeunes auront du fun à l’école. [...] Quand je vais être maire de la Ville de Québec, tous les jeunes vont avoir du fun. Quand je vais être ministre de l’Éducation, les jeunes vont avoir encore plus de fun, surtout de jour. »

Chargement en cours