Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Maxime Coutié
Audio fil du jeudi 15 août 2019

Sealand : quand le plus petit pays du monde en mène large

Publié le

Une plateforme sur deux grands cylindre en plein milieu de l'eau.
La principauté de Sealand, au large de l'Angleterre.   Photo : Wikipedia libre de droits

Le magazine américain The Atlantic a publié ce matin une histoire hors de l'ordinaire : celle du plus petit pays du monde. Située au large de l'Angleterre sur une plateforme de 150 m2, cette nation en a fait vivre de toutes les couleurs aux dirigeants de ce pays. Nathalie Cloutier raconte.

Le jour de Noël, en 1966, un hurluberlu du nom de Paddy Roy Bates s’est déplacé en bateau sur une plateforme construite par l’armée britannique pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a décidé d’en prendre possession et d’y fonder son propre pays : Sealand.

Même si la nation qu'il a fondée n’est pas reconnue par les autres, sa conjointe et lui s’y sont tout de même décrétés princesse et prince. Ils ont même des armoiries. Une constitution a d’ailleurs été rédigée en 1975 par un ami, devenu leur premier ministre, Alexander Gottfried Achenback.

« Même la reine Élisabeth a essayé de les déloger. Personne n'y peut rien. Des gens ont été envoyés à l’assaut du pays, mais ils ont réussi à les repousser », explique Nathalie Cloutier.

Leur ami Achenback s’est toutefois retourné contre eux en organisant un coup d’État avec des « malfrats germaniques » visant à kidnapper Bates. Relâché quelques jours plus tard, Bates a à son tour kidnappé ses bourreaux.

« Lorsqu’il est mort, il a cédé le royaume à son fils, Michael Bates. Légalement, personne ne peut le lui enlever, même s’il n’y a pas de reconnaissance internationale », raconte Nathalie Cloutier.

Michael Bates a tenté de vendre Sealand, sans succès. Il n’y habite pas, mais en demeure le propriétaire.

Chargement en cours