Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Maxime Coutié
Audio fil du lundi 12 août 2019

Vers le recyclage et la revalorisation du verre à Montréal?

Publié le

Des bouteilles de verre
Des bouteilles de verre   Photo : Radio-Canada

À quelques heures des consultations publiques portant sur les enjeux de recyclage et de valorisation locale du verre, deux clans s'affrontent : celui de la consigne et celui du recyclage. La PDG d'Éco Entreprises Québec, Maryse Vermette, penche plutôt pour la seconde option. Explications.

« Au Québec, ça fait près de 30 ans qu’on fait de la collecte sélective. Le verre a un très bon taux de récupération. [...] Donc, changer les habitudes de 8 millions de personnes, c’est tout un défi. Nous disons que c’est préférable de garder le système, mais de l’améliorer. Améliorer nos infrastructures de tri, et nous assurer qu’il y a un marché au bout », explique-t-elle.

C’est pourquoi Éco Entreprises Québec souhaite que le gouvernement investisse dans les centres de tri pour en adapter les installations.

« Ce n’est pas juste de mettre le verre dans un bac de récupération, c’est aussi de le transformer dans un nouveau produit, en écomatériaux », indique-t-elle.

Maryse Vermette souligne une entente survenue entre Owens-Illinois, une compagnie de refonte au Québec, et le Groupe Bellemare, un recycleur de la région de Trois-Rivières qui souhaitent travailler ensemble pour transformer le verre de la collecte sélective en bouteille.

Or, les projets-pilotes entamés par les deux compagnies n’ont pas été concluants jusqu’ici, selon le directeur de l’usine Owens-Illinois. François Carrier avance que la qualité du verre n’était pas au rendez-vous.

Maryse Vermette se veut toutefois rassurante à cet égard :

« Ce qui arrive, c’est qu’on a travaillé avec un conditionneur qui n’a effectivement pas été en mesure de travailler aux "specs" de la compagnie Owens. On a trouvé un autre conditionneur qui lui est prêt à mettre en place la technologie de séparation des couleurs du verre. »

Chargement en cours