Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Maxime Coutié
Audio fil du mardi 30 juillet 2019

Que font les grandes villes pour contrer le « surtourisme »?

Publié le

Un navire de croisière dans le Grand canal de Venise, devant un batelier sur sa petite embarcation.
Ville emblématique du « surtourisme », Venise interdit désormais le passage des navires de croisière dans son fameux Grand canal.   Photo : Getty Images / AFP/Marco Sabadin

Alors que Montréal espère faire croître le nombre de ses touristes tous les ans, certaines villes européennes mettent tout en place pour les décourager à venir les visiter. Le chroniqueur à l'économie Matthieu Charest explique les mesures adoptées par ces villes aux prises avec un problème de « surtourisme ».

L’an dernier, Montréal estime avoir accueilli quelque 11 millions de touristes. Si ce chiffre peut sembler astronomique, il n’en est rien en comparaison à certaines villes européennes. À Barcelone et à Venise, par exemple, on dénombre environ 30 millions de visiteurs annuellement, soit près de trois fois plus que dans la métropole québécoise.

Pour contrôler leur nombre et en limiter les effets négatifs, ces villes ont pris les grands moyens.

Venise

  • Interdiction de créer ou de construire des hôtels au centre-ville
  • Quotas de visiteurs pendant certaines périodes sur la place Saint-Marc
  • Taxe d’entrées de quelques euros à venir pour financer l’entretien de la ville

Barcelone

  • Contrôle accru des Airbnb
  • Limite de jours pour les locations d’appartement
  • Interdiction d’ouvrir de nouvelles boutiques de souvenirs

Matthieu Charest rappelle que le tourisme fait rouler l’économie de nombreux pays. C’est pourquoi ces derniers doivent se concentrer à trouver une manière de réduire le nombre de touristes sans amputer les coffres.

En Espagne, qui accueille 83 millions de touristes par année, cette industrie représente près de 15 % du produit intérieur brut (PIB). À titre comparatif, au Canada, ce chiffre atteint les 2 %. En Italie, qui reçoit quant à elle environ 60 millions de visiteurs annuellement, cela représente 42 milliards d’euros.

Chargement en cours