Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Maxime Coutié
Audio fil du mardi 30 juillet 2019

Des poupées Barbie inspirées de travailleuses de l'environnement

Publié le

Quatre Barbie.
Les quatre poupées Barbie qui sont déjà en vente dans les boutiques.   Photo : Radio-Canada

Pour les 60 ans de Barbie, la compagnie Mattel s'est associée à National Geographic pour créer quatre poupées canadiennes inspirées de métiers en lien avec la nature, soit des professions où les femmes sont souvent sous-représentées. Certains critiquent toutefois ce choix, dénonçant l'utilisation de plastique pour la création de ces objets, ce que défend la chroniqueuse en environnement Lyne Morissette.

L’objectif d’une union entre Mattel et National Geographic vient d’abord d’une volonté de créer des modèles pour les jeunes. Pour y parvenir, on a choisi quelques figures de proue dans le domaine. Les poupées s’inspirent de la biologiste marine arctique Sarah Iverson, d’Halifax, de la photographe de la faune Coleen Gara, de Calgary, de l'astrophysicienne Victoria Kaspi de l’Université McGill et d'une conservatrice de la nature... notre chroniqueuse, la biologiste Lyne Morissette!

Ces femmes ont aussi pour rôle d’aller à la rencontre des jeunes pour leur parler de leur métier. C’est ce qu’a fait Lyne Morissette la semaine dernière; elle a passé la journée avec une fillette de la Saskatchewan qui adore les animaux et qui rêve de les protéger.

Plusieurs critiquent toutefois cette approche, dénonçant l’aspect contradictoire d’utiliser du plastique pour fabriquer des poupées à l’effigie de travailleuses dans le domaine de l’environnement.

« Mais quelle belle occasion, maintenant que la porte est ouverte, de leur proposer des poupées faites de plastique recyclé. C’est sur ça qu’on travaille », insiste-t-elle.

Pour Lyne Morissette, il s’agit d’un des nombreux programmes qui naissent pour inciter les jeunes à découvrir et à aimer les sciences.

« Ce ne sont pas des manières traditionnelles, mais pour cette génération de jeunes, c’est ce qui marche », indique-t-elle.

Chargement en cours