•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baleines noires : des innovations qui donnent espoir

La matinale d’été

Avec Maxime Coutié

Baleines noires : des innovations qui donnent espoir

Audio fil du mardi 23 juillet 2019
La baleine noire a été remorquée par la Garde côtière canadienne à l'anse de Grang-Étang.

La baleine noire a été remorquée par la Garde côtière canadienne à l'anse de Grang-Étang.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Damphousse

Depuis le début de l'été, les morts s'accumulent chez les bélugas, les petits rorquals, mais également chez les baleines noires, l'un des cétacés les plus en danger sur la planète. La chroniqueuse en environnement Lyne Morissette fait le point sur la situation.

Au lendemain de l’annonce de la mort d’une huitième baleine noire, devrait-on craindre le pire? Lyne Morissette se veut optimiste, malgré la crise.

« L'année 2019 s’annonce un peu sombre, mais dans tout ça, il y a aussi de l’espoir et de l’innovation », indique-t-elle.

En effet, les chercheurs multiplient les efforts pour comprendre ce qui cause la mort des baleines noires dans les provinces maritimes et la Gaspésie en pratiquant, entre autres, des nécropsies.

Les plus grandes causes de mortalité chez les baleines :

  • Collisions avec les navires
  • Empêtrement dans les engins de pêche

« Cette année, le ministre le confirmait dans une annonce hier, aucune baleine ne semble avoir perdu la vie en raison des engins de pêche », précise-t-elle.

Lyne Morissette insiste toutefois sur le fait que chercher des coupables dérive d’un questionnement sous-jacent beaucoup plus pertinent à ses yeux : pourquoi les baleines se frappent-elles sur les bateaux ou restent-elles empêtrées dans les cordages?

« Les pistes de réponses qu’on a sont assez troublantes. On a tellement brisé l’équilibre planétaire que tout est en train de changer. Ces baleines qui suivent leur nourriture viennent occuper un nouveau territoire. Le voyage est plus long qu’auparavant. Peut-être qu’elles arrivent ici plus fatiguées, moins en santé ou moins alertes », explique-t-elle.

En 2017, 17 baleines noires sont mortes pendant la saison. Douze d’entre elles se trouvaient en sol canadien. Pourtant, en 2018, aucun décès n’a été constaté chez cette espèce.

« Cette année, avec les mêmes mesures, ou presque, on a des décès. On ne peut pas savoir d’avance comment la saison va finir. Tout ce qu’on peut faire, c’est tenter de comprendre et trouver des solutions », affirme-t-elle.

Des innovations encourageantes

Pour comprendre ces mammifères marins, différentes technologies de détections ont été mises en place. Des avions, des bateaux, des bouées acoustiques, des planeurs sous-marins et même des drones sont utilisés sur le fleuve Saint-Laurent.

« Savoir où les baleines se trouvent et à quel moment, ce sont les meilleures mesures de gestion à prendre », insiste-t-elle.

L’Association des crabiers acadiens pour des nouvelles technologies d’engins de pêche met elle aussi la main à la pâte. Elle travaille actuellement à la fabrication de casiers sans cordage contenant des hydrophones permettant de repérer les baleines.

« Cette crise aura su générer une incroyable vague de coopération. [...] Tout le monde se soucie des baleines en ce moment, et ça me donne espoir. »

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi