•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marc Labrèche, un phare dans la nuit

Avec Marc Labrèche

Le samedi de 16 h à 17 h

La radio de nuit, avec Jacques Fabi

Jacques Fabi anime de nuit depuis plus de 30 ans.

Jacques Fabi anime de nuit depuis plus de 30 ans.

Photo : iStock

Être à la barre d'une émission radio de nuit n'est pas comme animer une émission de jour, et c'est ce qui fascine Marc Labrèche. Selon lui, peu de personnes sont capables de le faire comme le réussit Jacques Fabi, qui a construit sa carrière surtout sur des émissions nocturnes dans des stations radiophoniques montréalaises. Ensemble, ils discutent du métier et du fait que la radio de nuit crée un sentiment de plus grande proximité avec l'auditeur.

Moi, je suis comme une vieille pantoufle, depuis le temps que je suis là!

Jacques Fabi, animateur de radio

Dans le fond, la nuit c’est une présence, parce qu’il y a tellement de personnes qui travaillent seules dans leur coin, alors de savoir que quelqu’un est là, un animateur de radio par exemple, qui fait à peu près les mêmes choses qu’elles, je pense que ça les rassure, explique Jacques Fabi.

L’animateur travaille principalement sur des émissions de nuit depuis nombre d’années. S’il croit que les heures tardives génèrent beaucoup d’appels pendant les tribunes téléphoniques, certaines périodes et certains événements ont été plus marquants.

À la mort de René Lévesque, j’aurais pu prendre des appels pendant trois jours!

Jacques Fabi, animateur de radio

La radio, c’est un média de proximité. C’est sûr qu’il y a des événements qui nous ont marqués. Je pense à la crise du verglas, à la mort de René Lévesque, à la crise autochtone et plus récemment à la pandémie. Je peux vous dire que c’est assez intense, parce que ça touche tout le monde, raconte-t-il.

En complément :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi