Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Desrosier Philippe et  Mercier Noémi
Audio fil du mercredi 31 juillet 2019

Kim Thúy et le bonheur facile

Publié le

Mme Thuy devant des tablettes remplies de livres.
L’autrice Kim Thúy dans sa résidence de Longueuil.   Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Dix ans se sont écoulés depuis que Kim Thúy a embrassé la carrière d'autrice. Ses histoires, qu'elle débusque au gré des rencontres, elle les peaufine, les réécrit. Sa passion est contagieuse : si plusieurs de ses collègues abordent l'écriture avec douleur, Kim Thúy jure plutôt qu'il s'agit du seul moment où elle est calme. De passage à Longueur d'onde, elle nous donne la recette de son bonheur facile.

Ça vient de mon père. Il est toujours heureux, peu importe où il se trouve, peu importe l’emploi qu’il occupe. Il pense toujours que là où il est, c’est la meilleure ville et la meilleure maison.

Kim Thúy, autrice

Prochain opus
Le prochain roman de Kim Thúy parlera des « poussières de vie », ces enfants nés de mères vietnamiennes et de pères américains pendant la guerre du Vietnam – enfants qui ont quitté leur pays natal dans l’avion militaire du président Ford.

Kim Thúy a longtemps considéré que l’armée américaine avait déplacé les enfants par altruisme, alors qu’il s’agissait en fait d’une opération de relation publique nommée Babylift. Les Américains redoutaient que les Soviétiques infligent de mauvais traitements à ces enfants une fois la guerre finie. Ainsi, Ford a envoyé un avion –  de nature militaire pour en faire de belles images – et a embarqué les enfants. Peu après le décollage, un accident a enlevé la vie à la moitié des jeunes passagers. Kim Thúy continue ses recherches afin de trouver la meilleure façon d'en parler.

Pour Vi, mon dernier [roman], l’histoire que j’ai [initialement] racontée à toutes mes éditrices n’est finalement pas dans le livre. Elle vient juste après la dernière ligne! Je n’ai pas de plan ni de structure et j’aime beaucoup recommencer, car j’ai l’impression [de trouver] un meilleur angle.

Kim Thúy, autrice

Chargement en cours