•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rencontrer sa mère biologique haïtienne sous l'œil de la caméra

Longueur d’onde

Avec Noemi Mercier et Philippe Desrosiers

Rencontrer sa mère biologique haïtienne sous l'œil de la caméra

Audio fil du lundi 29 juillet 2019
Brigitte Poupart riant dans un studio de radio.

La comédienne et réalisatrice Brigitte Poupart.

Photo : Radio-Canada / Thomas Lafontaine

La comédienne Brigitte Poupart ira en Haïti avec sa fille adoptive Fabiola pour tourner le documentaire À travers tes yeux, où cette dernière rencontrera sa mère biologique à l'orphelinat où elles se sont séparées. Comment Brigitte Poupart prépare-t-elle sa fille à une rencontre aussi émotive, laquelle se déroulera en plein tournage? Notamment en lui donnant un rôle derrière la caméra.

Avoir une enfant adoptée, c’est comme avoir une page blanche en face de soi. Elle ne sait pas d’où elle vient, elle ne connaît pas ses ancêtres ni ses racines, elle ne sait pas comment se bâtir. Bien qu’elle nous avait, j’ai senti qu’il y avait un vide. À un moment donné, sa grande sœur et moi, on lui a dit : “Peut-être qu’il faut retourner en Haïti.”

Brigitte Poupart, comédienne et réalisatrice

L'adoption
En juillet 2000, la comédienne, réalisatrice et metteuse en scène s’est rendue en Haïti pour adopter sa deuxième fille, Fabiola, alors âgée de 2 ans et demi. Au micro de Longueur d’onde, Brigitte Poupart relate l’appel téléphonique l’informant qu’une petite fille de 2 ans et demi l'attendait maintenant à l’orphelinat.

J’avais demandé d’adopter une fille, parce que la condition des femmes était difficile là-bas. [Je souhaitais aussi qu’elle soit] plus vieille, parce que dans mon cas ce n’était pas une question d’infertilité, mais c’était bien pour aider un enfant. Les enfants, à partir de l’âge de 2 ans, ils sont souvent laissés dans les orphelinats.

Brigitte Poupart, comédienne et réalisatrice

Retour au bercail, 18 ans plus tard
La réalisatrice nous raconte que quand Fabiola avait 18 ans, elle a senti qu’il fallait combler en elle un vide partagé par bon nombre d’enfants adoptés. Elle lui a alors proposé de retourner dans son pays d’origine pour rencontrer sa mère, mais en tournant ensemble un documentaire sur l’événement. Fabiola ayant un talent naturel pour la photographie, elle sera la cadreuse du film, et pourra ainsi raconter la rencontre à travers ses propres yeux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi