Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Desrosier Philippe et  Mercier Noémi
Audio fil du jeudi 25 juillet 2019

Non, les mangas ne sont pas tous violents et cruels

Publié le

Dessin d'un personnage féminin de manga, qui cligne de l'œil.
On occident, nombreux sont les préjugés concernant les mangas et leurs lecteurs.   Photo : iStock / ApoevAndrey

Genre littéraire snobé s'il en est un, le manga, généralement taxé de bande dessinée japonaise avec des personnages violents aux gros yeux, a davantage de profondeur que plusieurs ne veulent le croire. La sociologue et spécialiste du Japon Valérie Harvey déboulonne les mythes sur le phénomène qui séduit les Tokyoïtes, mais qui fait aussi découvrir la culture japonaise au monde entier.

Des mangas disposés sur un tissu japonais.
Mangas cités en ondes, disposés sur un tissu japonais. Photo : Radio-Canada/Martin Ouellet

À la bibliothèque municipale que fréquente Valérie Harvey, on peut lire une description de Naruto, un de ses mangas préférés : « Épreuves violentes et combats éliminatoires animent ce shônen qui, comme le veut la tradition, est uniquement axé sur la violence. »

On remarque facilement le jugement de valeur des bibliothécaires, désavouant non seulement le manga concerné, mais tous ceux du style shônen (qui signifie « adolescent » en japonais). La sociologue critique ce jugement en soulignant que, dans chaque genre littéraire, le meilleur côtoie le pire.

Valérie Harvey, spécialiste du Japon, nous présente quelques catégories de mangas :

Pour les enfants : Pokémon, Doraémon, Yokai Watch.

Pour les adolescents :
Le shônen, qui met en scène un héros adolescent et ses aventures, tout en abordant la valeur de l’amitié.

Pour les adolescentes :
Le shôjo, qui met en scène une héroïne et ses aventures, bien que l'histoire mette souvent l’accent sur l’amour. C’est dans cette catégorie que l’on trouve des personnages aux yeux immenses, qui évoquent l’enfance et l’honnêteté. Le personnage louche aura donc souvent les yeux masqués.

Si la sociologue critique cette séparation des genres imposée par le shônen et le shôjo, elle précise néanmoins que les frontières qui séparent les lecteurs des mangas destinés au sexe opposé sont moins étanches qu’elles y paraissent. Il est également question des mangas pour adultes.

Chargement en cours