•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Longueur d’onde

Avec Noemi Mercier et Philippe Desrosiers

Catherine Ethier a fait du yoga avec des moutons!

Audio fil du mardi 9 juillet 2019
Des personnes vues de dos, penchées, font du yoga avec un mouton.

Le panorama offert à Catherine Ethier pendant sa séance de yoga avec moutons.

Photo : Catherine Ethier

Longueur d'onde a demandé à l'humoriste Catherine Ethier d'expérimenter le yoga dans un pâturage urbain afin qu'elle nous offre une critique de cette activité pour le moins insolite. Croulant sous les préjugés à propos des âmes perdues qui cherchent la plénitude auprès de petits bovidés aux fesses laineuses, elle aura finalement été confondue, car elle a adoré son expérience. Voici pourquoi.

« Ben voyons donc, que ça existe, cette affaire-là! » s’est-elle dit d’entrée de jeu. Si l’humoriste avait déjà une dent contre les yogis en herbe qui marchent dans les rues en exhibant leurs tapis de sol, c’est en apprenant que certains d’entre eux souhaitaient pratiquer leur activité préférée entourés de moutons que tout est devenu limpide : pour les participants, l’envie de publier sur Instagram une photo de ce moment en nature allait prévaloir sur la pratique réelle du yoga.

Catherine Ethier au studio 17 de Radio-Canada

Catherine Ethier

Photo : Radio-Canada

Voir la lumière (et le foin)
En tenant compte de cette flopée d’a priori, comment Catherine Ethier a-t-elle été conquise par l’exercice? La première raison est l’ambiance, car on pratique ce yoga couché dans le foin. Une fois dans les herbes hautes, on distingue à peine les petits pompons de tête des moutons et l’ambiance sonore est agrémentée de bruits de ruminement de brebis. C’est là que Catherine Ethier affirme avoir réussi à oublier – car c’est bien l’objectif – le stress associé au règlement des factures d’électricité et l’imminence de sa prochaine visite chez le nettoyeur.

Ça sent Les filles de Caleb. On oublie, quand on habite en ville, de s’évader dans les nombreux espaces verts. Aussi, la biquette est très sociable : il y en a une qui est partie avec la ganse de mon tapis de yoga – vous dire comment elles sont à l’aise...

Catherine Ethier, humoriste

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi