•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Renouer avec la boulangerie de tradition canadienne-française

Lève-tôt

Avec Isabelle Craig

Le samedi de 6 h à 7 h
(en rediffusion le dimanche à 2 h)

Renouer avec la boulangerie de tradition canadienne-française

L'intérieur de la boulangerie Louis-Marchand et Compagnie où l'on retrouve des croissants et des pains au chocolat sur des plaques de cuisson, des baguettes dans un panier en osier et des pains de fesse sur une étagère de part et d'autre d'une cheminée en briques.

Le boulanger-artisan Louis Marchand se lève vers 3 h pour se rendre à sa boulangerie et démarrer sa production de pains et de viennoiseries.

Photo :  Facebook / Boulangerie Louis Marchand et Compagnie

Pains de fesse, brioches à la farlouche et pains aux raisins. Entre les croissants et les autres viennoiseries, ce sont ces produits qui sont à l'honneur à la boulangerie Louis-Marchand et Compagnie, située à Québec. « C'est cette tradition qu'on a voulu ramener : un bon pain blanc, fait avec de bons ingrédients de base et une fermentation. Car l'industrie a complètement dénaturalisé le produit », affirme Louis Marchand, copropriétaire de la boulangerie, en faisant référence au pain blanc tranché commercialisé dans les années 1950.

L’artisan boulanger mentionne que ce métier traditionnel s’est perdu au Québec au fil des ans. Ce qu’on connaît de la boulangerie artisanale aujourd’hui est principalement d'inspiration européenne.

La grande majorité du travail de l’artisan boulanger se fait à la main. Le pétrin mécanique est apparu dans les années 1900, ce qui a rendu la tâche un peu moins ardue, raconte Louis Marchand.

Mais on façonne, portionne et pèse à la main. Tout est fait selon le pif du boulanger, si vous voulez!

Louis Marchand, artisan boulanger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi